L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Dimanche 23 février 2020
  
 
     
Le Livre
Littérature  ->  
Rentrée Littéraire 2019
Romans & Nouvelles
Récits
Biographies, Mémoires & Correspondances
Essais littéraires & histoire de la littérature
Policier & suspense
Classique
Fantastique & Science-fiction
Poésie & théâtre
Poches
Littérature Américaine
Divers
Entretiens

Notre équipe
Essais & documents
Philosophie
Histoire & Sciences sociales
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Littérature  ->  Romans & Nouvelles  
 

Poésie de la surdité
Thomas Sandoz   Les Temps ébréchés
Grasset 2013 /  13,90 € - 91.05 ffr. / 160 pages
ISBN : 978-2-246-80501-4
FORMAT : 11,8 cm × 18,8 cm
Imprimer

Sur une idée médicalement surprenante (une surdité totale s’installant en huit semaines), l’auteur développe la prise de conscience d’un environnement auditif qui va disparaître.

Blanche est une jeune fille triste, ordinaire, isolée, travaillant modestement dans une imprimerie, et cette maladie incurable l’ancre encore plus profondément dans cette tristesse. Dans un sursaut d’énergie, elle décide de se gorger pendant ces quelques semaines des bruits environnants auxquels nous ne prêtons plus attention : les centres commerciaux, les travaux de la rue, les piscines, les boîtes de nuit, les nuisances sonores diverses des appareils ménagers et la musique. Elle trouve un vieux professeur de piano qui lui enseigne les rudiments de la musique, elle achète nombre de partitions et écoute beaucoup d’œuvres. Une façon d’emmagasiner les sons qui surprend, car en huit semaines, devenir suffisamment compétent au solfège pour arriver par la suite à faire revivre un air à partir de notes écrites, relève de la gageure.

En lisant cette histoire non médicale et encore moins musicale, écrite sombrement, sans espoir, sans gaieté, on ne peut s’empêcher de penser à une poésie élégiaque désespérée ; le style se veut d’ailleurs poétique, et il n’est pas sans grâce ni élégance dans ses tourments. La dénomination «roman», même si elle recouvre de nombreuses variétés de ce type d’écriture, semble peu adaptée. Il s’agit d’une suite de descriptions de sentiments noirs à partir d’un constat cruel, avec une réflexion sur la perte définitive de quelque chose, l’entrée dans un monde inconnu et son acceptation, chaque strophe apportant sa dose de déception et d’amertume. Une conception plus en rapport avec le genre poétique aurait peut-être davantage mis en valeur ces lignes à ne pas lire si l'on est dépressif... ou musicien.


Dany Venayre
( Mis en ligne le 31/05/2013 )
Imprimer
 
SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

 
  Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2020
Site réalisé en 2001 par Afiny
 
livre dvd