L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Jeudi 29 février 2024
  
 
     
Le Livre
Littérature  ->  
Rentrée Littéraire 2021
Romans & Nouvelles
Récits
Biographies, Mémoires & Correspondances
Essais littéraires & histoire de la littérature
Policier & suspense
Classique
Fantastique & Science-fiction
Poésie & théâtre
Poches
Littérature Américaine
Divers
Entretiens

Notre équipe
Essais & documents
Philosophie
Histoire & Sciences sociales
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Littérature  ->  Romans & Nouvelles  
 

Vieillesse méchante
Régis Jauffret   Bravo
Seuil - Cadre rouge 2015 /  20 € - 131 ffr. / 277 pages
ISBN : 978-2-02-121285-3
FORMAT : 14,0 cm × 20,5 cm
Imprimer

La vieillesse est peut-être un naufrage selon l’expression mille fois rabâchée, mais chez Régis Jauffret, d’une part elle commence tôt (60 ans) et d’autre part elle est un chaudron d’énergie. Seize nouvelles qui mettent en scène des vieux (plus ou moins : de 55 ans à cinq fois 25 ans) qui ont en commun de sentir la Camarde toute proche et en même temps de la tenir à distance, quitte à lui livrer jeunes femmes ou enfants sans défense. Seize nouvelles âpres, toutes cruelles, méchantes pour la plupart, à l’exception de la première et de la dernière. Pour Régis Jauffret, la méchanceté des vieux est insondable, elle s’est construite au fil des décennies, s’est accumulée et ressort dans ces textes au vitriol, bien écrits mais profondément déprimants.

Âmes sensibles : fuyez ! Dans la nouvelle intitulée ''L’Amour d’une mère'', la narratrice règle ses comptes avec ses enfants dans un ultime monologue plein de haine recuite. Chez Jauffret, aucune illusion sur la nature humaine, l’amour est le plus souvent utopie, les jeunes filles n’aiment pas les vieux avec qui elles couchent pour des raisons qui n’appartiennent qu’à elles, et les vieux n’y trouvent du reste aucun plaisir. Les relations humaines sont uniquement l’occasion de dépouiller l’autre, un vieux mari trafique les organes de sa jeune femme handicapée qui en meurt, une étudiante séduit un homme plus âgé pour mieux le vider de sa vie, sous l’œil intéressé de son père ; c’est elle qui au bout du compte mourra… Dans ce jeu de massacre général, deux nouvelles échappent à la méchanceté, ''L’Infini bocage'' et ''Vers la nuit'', qui disent l’amour et la tendresse qui peuvent surnager au fond de ce noir désespoir, quotidien de la vieillesse. La dernière phrase de ''Vers la nuit'', qui est aussi la dernière du livre, prononcée par la narratrice qui vient de décrire le déclin de son mari vieilli : «Parce que je l’aime, j’aime qu’il vive» Cependant, n’est ce pas une manifestation d'égoïsme ?…

Romancier s’emparant volontiers du réel, comme il l’avait montré dans ses romans précédents - Sévère en 2010 sur le banquier Edouard Stern, Claustria, 2012, sur l’affaire Elisabeth Fritzl, autrichienne séquestrée par son père, La Ballade de Rikers Island, en 2014, reprenant l’affaire Strauss-Kahn -, Régis Jauffret consacre ici une nouvelle à Roman Polanski, ''Quand les pédophiles se pavanaient''. Cynique, le héros affirme : «Ce n’est tout de même pas ma faute si j’ai toujours préféré les gamines à leur grand-mère». Vieillir, c’est aussi voir ce que nous prenons naïvement pour une donnée éternelle changer ; sur la pédophilie, l’auteur rappelle l’indulgence - pour ne pas dire davantage - dont elle était entourée dans les années 1970 : «En 1973, on avait même accordé un grand prix de fin d’année à un roman sanctifiant l’amour entre petits et grands. (…) Tout le monde a oublié aujourd’hui cette morale désuète, semblant ignorer que la nôtre poursuivra son évolution, rendant un jour périmé et abject le consensus actuel que nous prenons pour une acmé».

Dans un court texte d’introduction, Régis Jauffret évoque le «Continent gris des petits vieux» : «Hommage aux êtres qui ont dépassé le cap de la soixantaine et habitent désormais ce continent gris peuplé d’humains d’hier que dans ma jeunesse on appelait les petits vieux». Gris est une couleur chatoyante qui ne convient guère ici dans cet univers d’un noir absolu, à la fois fascinant et repoussant, dans lequel les «petits vieux» sont grands de leur méchanceté aigrie et de leurs frustrations dont ils se vengent sans inhibition aucune.


Marie-Paule Caire
( Mis en ligne le 15/04/2015 )
Imprimer

A lire également sur parutions.com:
  • Sévère
       de Régis Jauffret
  • Lacrimosa
       de Régis Jauffret
  • Tibère et Marjorie
       de Régis Jauffret
  •  
    SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

     
      Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2024
    Site réalisé en 2001 par Afiny
     
    livre dvd