L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Lundi 17 février 2020
  
 
     
Le Livre
Littérature  ->  
Rentrée Littéraire 2019
Romans & Nouvelles
Récits
Biographies, Mémoires & Correspondances
Essais littéraires & histoire de la littérature
Policier & suspense
Classique
Fantastique & Science-fiction
Poésie & théâtre
Poches
Littérature Américaine
Divers
Entretiens

Notre équipe
Essais & documents
Philosophie
Histoire & Sciences sociales
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Littérature  ->  Romans & Nouvelles  
 

Une jeunesse sur la touche
Stéfanie de Velasco   Lait de tigre
Belfond 2015 /  20.50 € - 134.28 ffr. / 336 pages
ISBN : 978-2-7144-5868-1
FORMAT : 14,0 cm × 22,5 cm

Mathilde Sobottke (Traducteur)
Imprimer

Le premier roman de Stefanie de Velasco se situe à Berlin, de nos jours, dans une banlieue aux tours minables et impersonnelles ; et un terrain vague où nos deux héroïnes, la narratrice Nini et son amie Jameelah, viennent traîner leur ennui et leur oisiveté pendant ces vacances d’été qui commencent. Elle font des bêtises et boivent du lait de tigre (Brandy, jus aux fruits de la passion et lait) pour avoir le courage d’affronter le monde ensemble : à quatorze ans, l’amitié est invincible. Leur relation est exclusive et sincère, faite d’admiration réciproque, d’attentes et de déchirements.

Nini est allemande, avec une mère déprimée qui passe sa vie sur un vieux canapé, abrutie par l’alcool ou les médicaments ; Jameelah est une réfugiée irakienne fille d’une infirmière, redoutant la menace d’expulsion vers leur pays d’origine. Elles veulent vivre comme des grandes, faire l’amour la première fois pour de vrai, et en attendant se prostituent avec des bas résilles sur la Kurfürstenstrasse ; elles n'y rencontrent que des hommes bizarres et prennent peur. La cité est cette Tour de Babel, avec des amis de toutes nationalités, dont Amir avec qui elles partagent tous leurs souvenirs d’enfance ; ils sont livrés à eux-mêmes, des laissés-pour-compte de l’immigration.

Un crime d’honneur auquel elles assistent impuissantes et cachées dans un arbre est commis dans le square, une histoire entre Bosniaques et Serbes pour un amour interdit. «La mort est silencieuse, elle ne fait pas du tout de bruit, elle a l’odeur des pétales de roses, elle te prend dans ses bras et gémit doucement en guise d’adieu» (p.139.) Leur amitié va alors voler en éclats…

Le roman offre une très bonne étude sociologique de ces cités semblables aux banlieues françaises, où règnent souvent la violence, l’alcool et la drogue, une jeunesse qui ne croit plus à rien et qui n’espère rien, consciente que la vie sera toujours difficile. L’auteur aborde tous les sujets : l’exclusion, l’immigration, la mixité, la prison pour ces adolescents qui font leur propre loi, le tout empreint d'une vision pessimiste de cette jeunesse sans repères familiaux. On réussit à s’attacher à ces deux filles et à les plaindre, on voudrait que leur vie soit meilleure, on est touché par leur naïveté et cette candeur bien de leur âge.

Le ton du livre est dicté par la situation de cette génération en manque de culture, au verbe cru, qui essaie malgré tout de se débrouiller dans la vie avec des moyens limités. On a envie de les consoler ou de leur donner une bonne claque ; elles ont des circonstances atténuantes, il ne faut pas les juger trop sévèrement. On se laisse entraîner à leur niveau par leur histoire plus ou moins sordide : France-Allemagne, mêmes combats.


Eliane Mazerm
( Mis en ligne le 13/05/2015 )
Imprimer
 
SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

 
  Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2020
Site réalisé en 2001 par Afiny
 
livre dvd