L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Dimanche 20 juin 2021
  
 
     
Le Livre
Littérature  ->  
Rentrée Littéraire 2020
Romans & Nouvelles
Récits
Biographies, Mémoires & Correspondances
Essais littéraires & histoire de la littérature
Policier & suspense
Classique
Fantastique & Science-fiction
Poésie & théâtre
Poches
Littérature Américaine
Divers
Entretiens

Notre équipe
Essais & documents
Philosophie
Histoire & Sciences sociales
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Littérature  ->  Romans & Nouvelles  
 

Évasion
Nell Zink   Une comédie des erreurs
Seuil - Cadre vert 2016 /  20,50 € - 134.28 ffr. / 304 pages
ISBN : 978-2-02-122043-8
FORMAT : 14,7 cm × 22,0 cm

Charles Recoursé (Traducteur)
Imprimer

crivain californienne qui vit à Berlin, après avoir exercé divers métiers, Nell Zink (née en 1964) est devenue romancière, encouragée par Jonathan Franzen, et Une comédie des erreurs (Mislaid) est son second roman, le premier publié en France. Un roman de lecture facile qui puise à nombre de grandes sources des romans américains : le roman universitaire, la société du Sud, la place des Noirs, le roman de mœurs et l’apparition de l’homosexualité dans l’Amérique de la fin des années 1960.

Nell Zink brasse ces thèmes en s’inspirant fortement de ses prédécesseurs : une part de l’intrigue semble directement issue de La Tache de Philip Roth, en inversant le thème : l’héroïne décide de se faire passer pour noire avec sa fille, véritable challenge compte tenu de leur blondeur… La raison : échapper, à la suite d’une ultime dispute, au mari et au père qui va les faire rechercher. Une stratégie : se cacher au plus près, alors que leurs poursuivants vont imaginer une évasion lointaine.

La première partie du roman se passe dans un campus universitaire de Virginie dans les années 1960, qui évoque tout à la fois les romans de Donna Tartt et ceux de Tom Wolfe. Une université réservée aux femmes, aux débuts d’un lesbianisme qui s’affiche. Lee, le professeur de poésie dont Peggy tombe amoureuse, alors qu’elle se pense lesbienne, est, lui, homosexuel, mais se laisse tenter un temps par une vie amoureuse et conjugale. De cette liaison naitront deux enfants, un fils Byrdie et une fille Mireille (qui deviendra Karen), celle que Peggy emmène dans sa fuite, alors que Byrdie reste avec son père, un choix... ou hésitation trop longue au moment du départ maternel. Peggy comme Lee sont issus des élites sociales WASP et Nell Zink s'inscrit ainsi dans toute une tradition de romans sociaux américains pour décrire la rigidité et le conformisme de ces milieux.

L'auteure fait de son héroïne une révoltée... mais il est difficile de croire à sa révolte, tout comme il est difficile de croire à sa fuite, au squat, à sa survie dans des quartiers noirs pauvres avec des moyens douteux, à la réussite exemplaire de sa fille et de l’ami de celle-ci, un jeune noir nommé Temple. Quant au dénouement final, qui se passe au cœur d’une orgie de confréries universitaires, et qui débouche sur une happy end, il est hautement improbable.

À lire ce court roman, on a un peu l’impression d’un exercice d’atelier d’écriture avec ses qualités et ses limites, même si l'on peut se laisser prendre par l’histoire, en dépit de ses multiples invraisemblances, et la lire comme un conte de fées contemporain dans une Amérique de la fin des années 1960, lieu de tous les possibles...


Marie-Paule Caire
( Mis en ligne le 19/09/2016 )
Imprimer
 
SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

 
  Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2021
Site réalisé en 2001 par Afiny
 
livre dvd