L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Samedi 21 septembre 2019
  
 
     
Le Livre
Littérature  ->  
Rentrée Littéraire 2019
Romans & Nouvelles
Récits
Biographies, Mémoires & Correspondances
Essais littéraires & histoire de la littérature
Policier & suspense
Classique
Fantastique & Science-fiction
Poésie & théâtre
Poches
Littérature Américaine
Divers
Entretiens

Notre équipe
Essais & documents
Philosophie
Histoire & Sciences sociales
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Littérature  ->  Romans & Nouvelles  
 

Avant l'asphalte
Marin Fouqué   77
Actes Sud 2019 /  19 € - 124.45 ffr. / 256 pages
ISBN : 978-2-330-12545-5
FORMAT : 11,9 cm × 21,7 cm
Imprimer

On prêterait le physique d'un Eminem ado au narrateur de 77 : le physique d'un jeune blanc-bec, un red-neck à la française, la peau pâle, le muscle maigre et le poil blond caché à l'ombre d'une capuche, cachée à l'ombre d'un abribus, dans une ville perdue du département éponyme. Une ville qui n'est pas une ville, qui n'est pas la banlieue non plus, qui n'est plus la campagne.

Tout le propos de Marin Fouqué, dont c'est ici le premier romain brillamment maîtrisé, est là peut-être : dire l'entre-deux d'un territoire péri-urbain, menacé par l’anthropophagie parisienne qu'annonce un Cassandre local, le vieil agriculteur Mandrin, et quelques vétérans d'un temps perdu. Le plus romanesque est sans doute "le dernier des pompistes", géniale expression pour dire l'anomie sociale et économique de ces lieux d'entre les temps et les espaces, bientôt phagocytés par la capitale. Un pompiste cinéphile, fan d'Apocalypse Now. Une artiste parisienne, venue ici dans son costume néo-rural, devine en notre narrateur la profondeur des peines, et cherche à les extirper.

Lui, dans son abribus, il rumine en fumant ses joints, une pensée en volutes donc, slamée aussi, au gré du passage de voitures dont sont détaillées les couleurs, toute une palette pour contredire la monotonie marron de cette immense plaine agricole, ses champs, sa boue, ses routes et ses pilonnes électriques dont le grésillement, constamment rappelé dans les lignes, a sans doute plus d'effet sur les méninges que les taffes de schit. Ses amis, "la fille de Novembre", le grand Kevin, le Traître, ont pris le bus pour le bahut ; lui, aujourd'hui, il reste là, contemplatif et désœuvré.

Sa solitude sert à raconter son histoire, ses rencontres, tout un passé qui s'agrège au fil des pensées, et dévoile un individu fragile, poète et perdu. Les contours seraient-ils autobiographiques ?... Le tout donne un superbe roman d'apprentissage, une épopée statique d'avant la fuite. Car il faudra fuir cette contrée, prison périphérique aux horizons sans horizon.


Thomas Roman
( Mis en ligne le 23/08/2019 )
Imprimer
 
SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

 
  Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2019
Site réalisé en 2001 par Afiny
 
livre dvd