L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Jeudi 12 décembre 2019
  
 
     
Le Livre
Littérature  ->  
Rentrée Littéraire 2019
Romans & Nouvelles
Récits
Biographies, Mémoires & Correspondances
Essais littéraires & histoire de la littérature
Policier & suspense
Classique
Fantastique & Science-fiction
Poésie & théâtre
Poches
Littérature Américaine
Divers
Entretiens

Notre équipe
Essais & documents
Philosophie
Histoire & Sciences sociales
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Littérature  ->  Romans & Nouvelles  
 

Une saint Barthélémy ethnique
Denis Lachaud   Les Métèques
Actes Sud - Domaine français 2019 /  19 € - 124.45 ffr. / 224 pages
ISBN : 11,5 cm × 21,7 cm
FORMAT : 978-2-330-11853-2
Imprimer

Dans ce roman dystopique, Denis Lachaud s’empare de la question des immigrés et de l’identité, imaginant une France d’aujourd’hui où certains citoyens deviendraient indésirables.

Les Herbet sont une famille ordinaire, les parents et trois enfants qui vivent dans un pavillon à la Pointe Rouge, quartier marseillais. Un jour, un courrier de la préfecture des Bouches-du-Rhône arrive : ils sont convoqués tous les cinq. Le fonctionnaire pose aux parents la question de leurs noms, francisés dans les années 70 par volonté d’assimilation après les tragédies de la Shoah et de la décolonisation. Si Célestin, Yseult et Rico savent que leur père est juif, ils ignoraient que la branche maternelle était arabe. Ils sont interloqués par cette révélation ; le récit devient alors terrible et opprimant.

Le marqueur du métèque, cet étranger accueilli dans la cité et protégé par ses lois, mais sans accéder à la citoyenneté, désigne la précarité de son statut. Après une seconde convocation, un drame survient qui force l’aîné de la fratrie à fuir, et tout quitter, maison, études, pour échapper au sort du reste de la famille. Il doit se cacher à tout prix comme l’ont fait ses grands-parents paternels juifs pendant la guerre, dans une forêt, traqués par la police. Célestin, dépositaire de cette histoire, doit retrouver les réflexes du fuyard. «Mes grands-parents sont morts l’une et l’autre depuis huit ans maintenant. De leur histoire, de leur façon d’inventer un chemin qui les préserve à travers les années dans la forêt, rien ne reste, si ce n’est en moi. Je les emporte là où la vie me pousse. Ils me réconforteront de leur présence le jour quand la solitude m’écrasera». De Marseille à Sète où Célestin reste quelques mois pour soigner un homme accidenté et se constituer un petit pécule, mais aussi Arles, Narbonne et Gruissan, il veille à ne pas se faire repérer par une milice d’un nouveau genre.

Il vaut mieux ne pas dévoiler plus l’intrigue car le récit perdrait tout son attrait, et l'on conseille au lecteur de ne pas lire la quatrième de couverture. Ce roman très efficace instaure un climat de peur, de suspicion généralisée et d’angoisse, soulevant le problème de l’arbitraire et de l’oppression. Une histoire captivante, jamais manichéenne, haletante comme un roman noir. L’écriture est sobre et énergique, sans fioriture, reflétant admirablement les émotions des personnages, surtout celles de Célestin. Dystopie ou anticipation ?...


Eliane Mazerm
( Mis en ligne le 06/07/2019 )
Imprimer
 
SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

 
  Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2019
Site réalisé en 2001 par Afiny
 
livre dvd