L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Mercredi 23 octobre 2019
  
 
     
Le Livre
Littérature  ->  
Rentrée Littéraire 2019
Romans & Nouvelles
Récits
Biographies, Mémoires & Correspondances
Essais littéraires & histoire de la littérature
Policier & suspense
Classique
Fantastique & Science-fiction
Poésie & théâtre
Poches
Littérature Américaine
Divers
Entretiens

Notre équipe
Essais & documents
Philosophie
Histoire & Sciences sociales
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Littérature  ->  Romans & Nouvelles  
 

L’archipel du Goulag
Jelena Bacic Alimpic   Dernier printemps à Paris
Serge Safran Editeur 2019 /  23,50 € - 153.93 ffr. / 336 pages
ISBN : 979-10-97594-25-1
FORMAT : 14,0 cm × 21,1 cm

Alain Cappon (Traducteur)
Imprimer

Jelena Bacic Alimpic, née en 1969 en Serbie, est journaliste, auteure et réalisatrice de documentaires pour la télévision. Dernier printemps à Paris (2014) est son premier roman, admirablement traduit en français par Alain Cappon.

Deux femmes dont les vies sont opposées se rencontrent, apparemment par hasard. Olga, journaliste au Point, voit son couple se décomposer. Heureusement, elle a son fils de six ans, Jean, car son mari est infidèle et se distrait ailleurs. Dans cette illusion d'un couple, la routine est devenue lancinante. Est-ce la raison pour laquelle elle accepte un reportage à Toulon où elle doit recueillir l’histoire d’une vieille dame, une femme au destin bouleversé et à la vie extraordinaire, qui finit son existence dans un sanatorium sur ordres russes ? Contrairement à Olga, le destin de Maria fut tragique, sur fond soviétique.

Le séjour d’Olga dure dix jours, pendant lesquels Maria Koltchak confesse les dénonciations sans raison, les conditions inhumaines de vie au goulag, et, toujours, la hantise de la délation qui destine à la Sibérie ou une fosse commune. La trame est certes romanesque mais la retranscription de la vie au goulag dit la triste vérité. Quand Olga demande à la vieille dame de parler russe, celle-ci répond : «Quand je pense en russe, plus encore quand je prononce des mots russes à haute voix, je sens l’air se rafraîchir… l’hiver revenir et avec lui la Sibérie, la Taïga ; le froid me ferre».

Le père de Maria, issu d’une riche famille d’intellectuels, est resté fidèle au tsar. Lors du dernier séjour à Paris en 1937, Maria se fiance à Viktor Fiodorov, un faux ami dont elle tombe enceinte, et qui, agent du NKVD, l’envoie au goulag en Sibérie, lors du retour de la famille en URSS. Quinze années au bagne ruinent la santé de la jeune femme ; les autorités lui enlèvent alors sa fille de douze mois pour la confier à des inconnus ; c’est la règle.

Telle est la descente aux enfers staliniens de Maria, qui connaît la peur, le froid, la maladie, le désespoir... face à des ennemis dénués de toute humanité. Quand la déstalinisation advient, il est souvent trop tard pour les victimes, mortes ou marquées à vie dans leur chair. Malgré sa paranoïa bien compréhensible, Maria développe une sorte de résilience... non sans mal... et la chute est inattendue...

Ce récit est un cri de colère contre la barbarie, l’injustice, la trahison, la bassesse humaine. La réalité de la dictature stalinienne est ici révélée sans euphémisme, dans toute sa cruauté. En contrepartie, se noue timidement une tendresse entre ces deux femmes de générations différentes et de caractères opposés. Olga reçoit une leçon de vie qui lui donne une vision positive et du courage pour agir sur la sienne, destin individuel pris dans la vie moderne.

Un très convainquant roman de rentrée.


Eliane Mazerm
( Mis en ligne le 23/09/2019 )
Imprimer
 
SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

 
  Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2019
Site réalisé en 2001 par Afiny
 
livre dvd