L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Jeudi 24 septembre 2020
  
 
     
Le Livre
Littérature  ->  
Rentrée Littéraire 2020
Romans & Nouvelles
Récits
Biographies, Mémoires & Correspondances
Essais littéraires & histoire de la littérature
Policier & suspense
Classique
Fantastique & Science-fiction
Poésie & théâtre
Poches
Littérature Américaine
Divers
Entretiens

Notre équipe
Essais & documents
Philosophie
Histoire & Sciences sociales
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Littérature  ->  Romans & Nouvelles  
 

Née dans un Lebensborn
Oscar Lalo   La Race des orphelins
Belfond 2020 /  18 € - 117.9 ffr. / 279 pages
ISBN : 978-2-7144-9348-4
FORMAT : 13,6 cm × 18,8 cm
Imprimer

. «Je m’appelle Hildegarde Müller. Ceci est mon journal. En fait je crois que je ne m’appelle pas. Ce dont je suis certaine, c’est que mes parents biologiques ne m’ont pas donné ce prénom et que ce nom n’est pas le leur (…) J’ai soixante-seize ans. Je sais à peine lire et écrire. Je devais être la gloire de l’humanité. J’en suis la lie».

Oscar Lalo, auteur franco-suisse vivant à Genève, est devenu écrivain après une carrière de juriste. Il explore la mémoire et ses tabous dans son deuxième roman. Le jour où il rencontre Hildegarde, l’écrivain suisse romand, son «scribe» comme elle le nomme car il va mettre par écrit son histoire, apprend qu’elle ne sait rien de son histoire personnelle, même pas si sa mère était norvégienne ou allemande. Elle a eu la malchance de naître, peut-être en 1943, de géniteurs inconnus mais bons aryens, dans un Lebensborn, une de ces pouponnières nazies fondées par Himmler pour démultiplier la «race supérieure», en même temps qu’il éliminait les «Untermenschen».

Toutes les preuves de la conception et de la naissance de Hildegarde sont parties en fumée, détruites au moment de la libération de l’Allemagne. Hildegarde a épousé un autre orphelin Lebensborn, Olaf, qui peut comprendre sa recherche d’identité. Elle préfère que son scribe écrive en français, langue neutre pour elle, pour dire son malheur. L’allemand a été torturé, dénaturé par les nazis, elle en a honte. Son scribe croit à la bibliothérapie, comme une sorte de luminothérapie qui éclairerait ses origines, sa vie entière.

Mais Hildegarde se rend bien compte qu’elle a perdu ses parents bien avant sa naissance, son père n’était là que pour la conception et les autorités l’ont retirée à sa mère à six mois ; elle fut élevée dés lors par des infirmières de l’industrie du bébé parfait ; elle est le fruit d'un amour théorique, oxymore horrible. Ceux qui présentaient la moindre anomalie étaient tués ou servaient pour des expériences médicales des sbires du docteur Mengele. Hildegarde a grandi sans image parentale, ce qui est très traumatisant pour un enfant et pour l’élaboration de son identité. Elle ne sait même pas de quel Lebensborn elle est issue sur les trente quatre qui ont existé, dont neuf furent en Norvège. Sa frustration et sa rancœur sont totales devant ce vide sidéral qu’est son origine. Elle reproche à son père d’avoir été SS et plaint sa mère, victime ayant offert son enfant au Führer.

Hildegarde est née d’une triple négation : date, lieu et parents inconnus. Elle a dû se construire artificiellement. A soixante-seize ans, sa seule réalité est son mari et ses enfants. Il lui a fallu beaucoup de courage et de résilience pour survivre à cette infamie et à ce néant éternel. A la libération, les bébés furent regroupés à Steinhöring en Bavière, à quelques kilomètres de Dachau, et inscrits sur les registres de l’Eglise. «Le 3e Reich m’a enfantée, mais ce n’est pas une famille. Je n’en finis pas d’être accusée de ce dont je suis victime».

Ce roman, sous la forme d'un journal bouleversant, traite de la question de l’identité d’une femme allemande au soir de sa vie, une victime, comme tant d’autres, de la barbarie nazie, soumise à un héritage trop lourd à porter.


Eliane Mazerm
( Mis en ligne le 04/09/2020 )
Imprimer
 
SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

 
  Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2020
Site réalisé en 2001 par Afiny
 
livre dvd