L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Jeudi 28 octobre 2021
  
 
     
Le Livre
Littérature  ->  
Rentrée Littéraire 2021
Romans & Nouvelles
Récits
Biographies, Mémoires & Correspondances
Essais littéraires & histoire de la littérature
Policier & suspense
Classique
Fantastique & Science-fiction
Poésie & théâtre
Poches
Littérature Américaine
Divers
Entretiens

Notre équipe
Essais & documents
Philosophie
Histoire & Sciences sociales
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Littérature  ->  Romans & Nouvelles  
 

Lingua Capitalismi Neoloberalis
Sandra  Lucbert   Personne ne sort les fusils
Seuil - Fiction et cie 2020 /  15 € - 98.25 ffr. / 153 pages
ISBN : 978-2-02-145655-4
FORMAT : 13,0 cm × 18,5 cm
Imprimer

De mai à juillet 2019, sept dirigeants de France Télécom ont été jugés pour maltraitance organisée de salariés, certains de ces derniers étant allé jusqu’au suicide. Sandra Lucbert assiste à ce procès, connu sous le nom de procès France Télécom-Orange, non pas en tant que spectatrice ou journaliste, mais en tant qu’écrivain et linguiste. En observant à travers la lentille du langage, l'auteure va au-delà d’un compte rendu impartial, utilisant le procès comme une plateforme pour critiquer le langage du néolibéralisme capitaliste, qui favorise les gens au pouvoir et écrase ceux d’en bas.

Sandra Lucbert nomme cette langue de gestion Lingua Capitalismi Neoloberalis (LCN) sur le modèle de la Lingua Tertii Imperii, que l’écrivain Victor Klemperer a conceptualisée pour décrire le language utilisé par le nazisme pour justifier ses actions oppressives. Bien que ces deux langues fonctionnent selon des idéologies politiques différentes, elles ont en commun la fonction de séparer les gens, en particulier ceux qui sont au pouvoir, de leurs actions.

Pour illustrer ce point, Sandra Lucbert ouvre le roman dans l’une des salles d’audience des procès de Nuremberg, dans lesquelles les personnes accusées de crimes de guerre n’ont pas réussi à assumer leurs propres méfaits. On leur montre des vidéos choquantes des crimes qu’ils ont organisés, mais ils ne reconnaissent pas que ces atrocités sont de leur fait. De la même manière, les accusés dans le procès France Télécom n’assument pas la responsabilité des mauvais traitements infligés à leurs employés. Ils prennent leurs distances par rapport aux conséquences de leurs actes par le biais de la langue.

Selon l'auteure, France Télécom n’est pas une entreprise, c’est plutôt une machine à «flow». La seule responsabilité des dirigeants est d’assurer le «flow» de la société et tant que cet objectif est atteint, ils estiment qu’ils font leur travail... quel que soit l’état de leurs employés. Après tout, aux yeux du capitalisme, les salariés ne sont que des éléments de la machine.

Comment les employés sont-ils censés obtenir justice lorsqu’ils sont soumis à des politiques d’entreprise abusives ? Le processus juridique est censé garantir la justice, mais lorsque le tribunal parle la même langue que l’accusé, lorsqu’il n’y a pas d’extériorité, la vraie justice ne peut pas exister. C’est grâce à la profondeur de son analyse linguistique et à l’audace avec laquelle elle critique un système aussi puissant que Sandra Lucbert réussit ici. Comme le suggère le titre du roman, ''personne ne sort les fusils'', du moins pas avant d’avoir reconnu et déconstruit le langage du pouvoir qui soutient le néolibéralisme capitaliste.


Zoe Howard
( Mis en ligne le 07/12/2020 )
Imprimer
 
SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

 
  Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2021
Site réalisé en 2001 par Afiny
 
livre dvd