L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Mardi 20 avril 2021
  
 
     
Le Livre
Littérature  ->  
Rentrée Littéraire 2020
Romans & Nouvelles
Récits
Biographies, Mémoires & Correspondances
Essais littéraires & histoire de la littérature
Policier & suspense
Classique
Fantastique & Science-fiction
Poésie & théâtre
Poches
Littérature Américaine
Divers
Entretiens

Notre équipe
Essais & documents
Philosophie
Histoire & Sciences sociales
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Littérature  ->  Romans & Nouvelles  
 

Survivors
James Scudamore   Monstres anglais
La Croisée 2021 /  22 € - 144.1 ffr. / 411 pages
ISBN : 978-2-413-03813-9
FORMAT : 13,6 cm × 22,0 cm

Carine Chichereau (Traduction)
Imprimer

Le titre du quatrième roman de l’auteur britannique James Scudamore vient de Shakespeare et son Henri V : «A bientôt mes princes et mes nobles pairs / Ces monstres anglais». Ce roman évoque les châtiments humiliants pratiqués en Grande Bretagne jusqu’en 1998 dans les écoles privées. On pense à «If…», Palme d’or à Cannes en 1969, fer de lance de la dénonciation des mauvais traitements sur la jeunesse anglaise après mai 68. L’auteur a déjà relaté dans une autobiographie ses propres expériences malheureuses.

1986 : le narrateur, Max Denyer, après une enfance très heureuse auprès de ses grands-parents maternels dans la campagne des Midlands (son père est cadre dans une multinationale et vit au Mexique), est envoyé en pension contre l’avis de son grand-père, son héros et modèle ; l’école sur la colline est un établissement privé, hors de tout contrôle. Max pleure pendant plusieurs mois, privé de liberté et de la tendresse familiale, dans des bâtiments dénués de tout confort, aux allures carcérales confirmées par une discipline sévère allant jusqu’aux sévices corporels. Cependant il devient ami pour la vie avec Simon, garçon passionné d’informatique, Luke, son frère Ali et Ish. Ensemble, ils se créent un univers pour se soutenir, un monde fait d’aventures cachées, de jeux de rôle, de blagues potaches, l'apprentissage de la transgression ; ils s’endurcissent pour supporter les privations et les coups.

Bien plus tard, en 1997, Max apprend par un entrefilet dans le journal qu’un de leurs anciens professeurs a été incarcéré suite à un scandale mettant en lumière la conduite très «limite» de certains enseignants. Max découvre avec stupeur qu’en plus des mauvais traitements physiques, les professeurs abusaient sexuellement de certains élèves. Cette constatation occasionne chez lui une prise de conscience ; ses copains les plus proches étaient-ils des victimes eux aussi ? Comment peut-il être passé à côté d’un tel drame ? Comment réparer ces agressions, surtout si les victimes veulent garder le silence ? L’atmosphère du roman devient alors pesante et ambiguë. Le récit s'inscrit dans une «zone grise», les doutes, mais aussi, dans le cas de Simon, le syndrome de Stockholm : il a toujours continué à fréquenter un professeur qui lui écrivait des lettres d’amour, à la grande surprise de Max qui renonce à le dénoncer pour ne pas punir son ami ; Simon perpétue ses histoires d’enfant à travers des jeux vidéo dont il est le concepteur. Mais les séquelles de ces histoires troubles sont réelles et entraîneront plusieurs suicides chez d’anciennes victimes.

«- On ne peut nier qu’il y a eu une génération précédente qui a fermé sa gueule alors que ces gars-là auraient pu l’ouvrir et empêcher tout ça.
- Parler ne suffit pas, tu peux tout raconter et ne pas être cru. Tu peux même en payer le prix (…) Être puni pour avoir parlé»
.

Max prend conscience de ces séquelles définitives sur des ados qui se construisaient et qui sont ses amis : Simon, hypersensible devant toutes les formes de manipulation émotionnelle, cherche l’oubli dans la drogue et l’alcool ; Ali est devenu instable et violent ; ils sont tous à la limite du déséquilibre psychique, dissimulant ces secrets inavouables et honteux. Max se renseigne sur un site internet intitulé «Survivors», qui diffuse les souvenirs horribles des anciens élèves de l’école sur la colline. L’ambiance devient de plus en plus pesante ; Max, pianiste de bar après des études universitaires de lettres, noie ses interrogations dans l’alcool. La seule note de bonheur vient de la relation entre le grand-père et l’enfant avant cet enfer. Cet ancrage évitera peut-être à Max le pire en lui donnant un repère.

Un très bon roman sur les traumatismes de l’enfance et de l’adolescence. Des vies gâchées inutilement.


Eliane Mazerm
( Mis en ligne le 01/03/2021 )
Imprimer
 
SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

 
  Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2021
Site réalisé en 2001 par Afiny
 
livre dvd