L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Lundi 17 février 2020
  
 
     
Le Livre
Littérature  ->  
Rentrée Littéraire 2019
Romans & Nouvelles
Récits
Biographies, Mémoires & Correspondances
Essais littéraires & histoire de la littérature
Policier & suspense
Classique
Fantastique & Science-fiction
Poésie & théâtre
Poches
Littérature Américaine
Divers
Entretiens

Notre équipe
Essais & documents
Philosophie
Histoire & Sciences sociales
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Littérature  ->  Romans & Nouvelles  
 

Il y a une vie après l'ordinateur
Xavier Lauprêtre   Ca (ne) marche pas
Presses Agrumes 2000 /  5.95 € - 38.97 ffr. / 92 pages
ISBN : 2951341105
Imprimer

Au départ, tout marche (à peu près) dans la vie de Christian Courtoiseau, Parisien branché de trente-trois ans : célibataire depuis son douloureux divorce avec Mélissa, danseuse solo au Crazy Horse qui ne supportait plus de le voir travailler jour et nuit à son ordinateur, il semble avoir définitivement abandonné les lamentables tentatives de suicide qui ponctuaient sa jeunesse pour se jeter à corps perdu dans son métier de graphiste free lance. Aimant à disserter sur l'incompatibilité radicale épouse/ordinateur, féru d'électroménager et de "néo-anglicismes", toujours sous la pression d'une dead line qui l'oblige à travailler dans l'urgence, il carbure aux surgelés (toujours le même ineffable lapin aux pruneaux) et ne quitte son écran que pour courir à des séminaires de psychanalyse et coucher de temps à autre avec une lacanienne…

Une vie minutieusement réglée, exempte de toute perturbation, de toute surprise, qui du jour au lendemain va basculer dans le chaos. Des signes avant-coureurs? Il y a bien eu cette première indigestion, ce haut-le-cœur causé au réveil par l'absorption d'un énième plat de lapin aux pruneaux. Mais la véritable catastrophe survient quand, à la suite de manipulations on ne peut plus banales, l'ordinateur de Christian tombe en panne, d'une panne absolument définitive. Avec lui, c'est le monde entier de Christian qui meurt, le laissant seul et désemparé dans "l'autre monde, le réel, celui des autres"… C'est le début d'une nouvelle vie pour cet homme qui aime à se peindre sous les traits d'un "tueur en série d'objets" : pour la première fois, au lieu de massacrer son modem à coups de hachette, il a l'idée de se rendre chez son banquier et de retirer l'argent nécessaire à l'achat d'un nouvel ordinateur.

S'ensuivent d'enthousiastes retrouvailles avec le monde extérieur : notre héros n'hésite pas à parler de "grand retour à l'humanité". Et c'est ce même mardi 27 octobre que Christian fait, en se rendant à sa banque, la rencontre de la jeune et jolie Emilie Royer, rencontre qui va changer sa vie : après un dîner avec la jeune employée de banque, après une nuit qui n'est pas loin de tourner à la catastrophe et un échange d'aveux sur l'oreiller (il ne lit que quatre-vingt mille caractères à l'heure, elle n'a jamais rien compris à Lacan), les deux jeunes amoureux se marient et ont un enfant dont l'avenir s'annonce prometteur même si, à la fin de l'histoire, "il ne marche pas encore"… Avec Ca (ne) marche pas, Xavier Lauprêtre nous livre un petit roman facile à lire, plein d'humour et de fantaisie, à l'image du narrateur, dont les envies délirantes et les mésaventures abracadabrantes finissent par devenir attendrissantes. Une scène d'amour en particulier qui, à défaut du moindre érotisme, ne manque pas d'humour, avec une Emilie aussi ardente que maladroite qui ouvre la braguette de Christian et "fourrage" dedans, "plaque" le pauvre homme sur le mur d'un immeuble, ou lui "enfonce sa langue dans la bouche en la tournant dans tous les sens"…

Le ton est léger, il ne s'agit pas pour Xavier Lauprêtre (dieu merci !) de faire la satire de la société moderne ou de nous mettre en garde contre les dangers du tout-informatique, mais simplement de dresser le portrait loufoque d'un personnage complètement monomane, obsédé par son petit écran, son lapin aux pruneaux, ses bouteilles de Romanée Conti et le design de ses appareils électroménagers : sorte de Parisien new generation venu de nulle part et ne correspondant à aucun type social précis, espèce de Meursault fin de XXè siècle, lui aussi "étranger" à sa manière : Christian est l'exclu de la famille, celui que ses parents surnomment "le mutant", celui auquel la vision du corps électrocuté de sa pauvre mère n'inspire guère d'autre sentiment que l'envie de réaliser une gravure. Qu'il conservera toujours précieusement, jusqu'au jour ou il décide de l'offrir comme ce qu'il possède de plus précieux à Emilie, qu'il vient de rencontrer…

Ici, cependant, nulle réflexion comparable à celle de Camus. Loin d'être le lieu d'une interrogation existentialiste, loin d'être inquiétante, l'étrangeté de Christian est tournée en dérision : à l'évidence, l'ambition de Xavier Lauprêtre est surtout de divertir son lecteur, de l'amuser en lui faisant partager, le temps de quatre-vingt-douze pages en tout petit format, la vie fantasque d'un spécimen épris d'"originalité" (le mot est un leitmotiv du roman). Si bien qu'en définitive, la qualité majeure de ce sympathique petit livre tient peut-être au cosmopolitisme de l'univers dans lequel évoluent les personnages : sites Internet, électroménager dernier cri, danseuses du Crazy Horse, boutiques de lingerie ou de prêt-à-porter kitsch, séminaires lacaniens, hammam du dix-huitième, banquières nymphos… Tout un petit monde bien à son auteur, bigarré, haut en couleurs, qui donne une saveur particulière au roman et fait qu'on en conserve, après une lecture rapide, un souvenir somme toute attachant…


Sylvain Prudhomme
( Mis en ligne le 09/08/2000 )
Imprimer
 
SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

 
  Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2020
Site réalisé en 2001 par Afiny
 
livre dvd