L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Lundi 30 mars 2020
  
 
     
Le Livre
Littérature  ->  
Rentrée Littéraire 2019
Romans & Nouvelles
Récits
Biographies, Mémoires & Correspondances
Essais littéraires & histoire de la littérature
Policier & suspense
Classique
Fantastique & Science-fiction
Poésie & théâtre
Poches
Littérature Américaine
Divers
Entretiens

Notre équipe
Essais & documents
Philosophie
Histoire & Sciences sociales
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Littérature  ->  Romans & Nouvelles  
 

Malice allègre
Gérard de Senneville   Le merveilleux voyage en France d’Omar ben Alala - et autres contes du futur
Bernard de Fallois 2002 /  15 € - 98.25 ffr. / 196 pages
ISBN : 2877064298
Imprimer

Rien de tel que le conte satirique pour moquer en douceur les ridicules du monde moderne. Enarque, auteur d’une biographie sur Maxime du Camp, Gérard de Senneville livre, avec Le Merveilleux voyage en France d’Omar ben Alala et autres contes du futur, un florilège d’histoires cocasses, malicieusement situées en 2030, 2070, et 2100, mais en réalité d’une résonance étrangement contemporaine.

Le recueil commence doucement, à l’image du conte éponyme, trop long, vague quant à son objet. Les deux ou trois contes suivants n’arrangent pas trop l’affaire, jusqu’au moment où, à peu près à mi-chemin, le dispositif satirique se met en place et où l’image, jusque là comme en mal de focalisation, se précise. Dans "La Loi Maréchal", Senneville imagine un ministre de la Francophonie qui, soucieux de laisser sa marque dans l’Histoire, concocte un projet de loi imposant à la presse un "pourcentage légal de français populaire" censé refléter démocratiquement l’évolution de la société. Le conte n’est pas une réussite éclatante, mais il a le mérite d’introduire le fameux (et très controversé) thème du nivellement vers le bas qui fera la substance d’autres intrigues à venir.

Vient alors "Le Do de la cuiller", mettant aux prises un proviseur de lycée avec un cancre, pardon un "apprenant en voie d’amélioration", répondant au nom de Dylan Rabouillet. Senneville fait preuve ici d’une malice et de bonheurs d’expressions à rendre jaloux un Erik Orsenna, lequel, rappelons-le, se fendait lui aussi tantôt d’une jolie satire de l’école républicaine. Rabouillet, pour avoir essuyé un échec au bac dans des conditions litigieuses, n’hésite pas à traîner son proviseur devant les tribunaux. L’affaire connaîtra finalement un non-lieu, et "Dylan Rabouillet, enfin bachelier, [pourra] entreprendre la brillante carrière de videur dont il rêvait"...

Même s’ils n’égalent pas ce morceau d’anthologie, les contes qu’imagine Senneville nous réservent encore quelques belles surprises : comme l’histoire de cette présentatrice météo, adaptant sa tenue au temps qu’il fait et mettant ainsi en émoi, les jours d’été puis la canicule venant, un pays entier. Quant aux dernières pages de ce livre, nul doute qu’un Claude Roy, dont le thème d’une campagne peu à peu contaminée par la ville venait souvent hanter l’imaginaire poétique, aurait souri à cette idée d’une grève des poètes, d’apparence inoffensive mais qui s’avère pour le gouvernement plus coriace qu’on ne l’avait supposé.


Thomas Regnier
( Mis en ligne le 23/04/2002 )
Imprimer
 
SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

 
  Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2020
Site réalisé en 2001 par Afiny
 
livre dvd