L'actualité du livre Jeudi 30 mai 2024
  
 
     
Le Livre
Littérature  ->  
Rentrée Littéraire 2021
Romans & Nouvelles
Récits
Biographies, Mémoires & Correspondances
Essais littéraires & histoire de la littérature
Policier & suspense
Classique
Fantastique & Science-fiction
Poésie & théâtre
Poches
Littérature Américaine
Divers
Entretiens

Notre équipe
Essais & documents
Philosophie
Histoire & Sciences sociales
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Littérature  ->  Romans & Nouvelles  
 

L'Oeil de Vermeer
Tracy Chevalier   La Jeune fille à la perle
La Table Ronde 2004 /  16.80 € - 110.04 ffr. / 271 pages
ISBN : 2-7103-2676-0
FORMAT : 12x19 cm

traduit de l'anglais par Marie-Odile Fortier-Masek
Imprimer

Nous sommes à Delft, au XVIIe siècle. Fille d'un faïencier ruiné, Griet, âgée de seize ans, est engagée comme servante dans la maison du peintre Vermeer. Ému, le maître l'introduit peu à peu dans son univers. La Jeune Fille à la perle, deuxième roman de Tracy Chevalier, est un texte sur l'ambiguïté, celle d'une adolescente tout à la fois modeste employée, dévolue aux plus basses tâches ménagères, et cependant seule à être admise dans cet espace sacré qu'est l'atelier du peintre : créature distinguée par le maître et, par-là même, victime de la jalousie de son entourage féminin (épouse, belle-mère, intendante).

Tracy Chevalier reconstitue une vie imaginaire en partant du tableau qui donne son titre au roman (une jeune fille au turban bleu et jaune, la bouche légèrement entrouverte, comme surprise, tournant les yeux vers nous). Nulle reconstitution historique ici. Pourtant, par son sens discret du pittoresque et son pouvoir de suggestion, ce roman accomplit une véritable résurrection : celle d'une civilisation, d'un "vivre" qui n'est plus le nôtre. Les pages où nous suivons la jeune Griet dans les ruelles de Delft, la description de ses allées et venues dans la demeure de Vermeer ont une qualité visuelle toute picturale, voire cinématographique.

Banale histoire d'amour ancillaire ? Bien plutôt, récit d'une passion tacite, fable sur le regard et la fascination, la lente et insidieuse corruption de l'innocence. Une histoire qui tient en peu de mots, mais cette ténuité, cette discrétion, loin d'être la marque d'une inconsistance, traduisent au contraire l'intensité et le poids d'un monde intérieur fait de rêves, d'inquiétude, de non-dits, de passions tues. Ce dont parle Tracy Chevalier, c'est une relation au temps qui s'est perdue : l'ampleur de ce silence que regrette tant George Steiner en évoquant le célèbre Philosophe occupé de sa lecture de Chardin.

Il serait vain de parler de moments plus réussis que d'autres, à propos d'un texte qui fait preuve d'une telle cohérence et d'une telle patience. On retiendra cependant ces scènes de pose multipliées où Griet, sous le regard absorbé du maître, les yeux tournés vers la fenêtre ouverte, s'abîme dans la vue de Delft. Il semble alors que l'on ait quelque idée du "grand art", de ce subtil rapport de dévotion des artistes à leur travail au XVIIe siècle.


Thomas Regnier
( Mis en ligne le 10/03/2004 )
Imprimer

A lire également sur parutions.com:
  • Un entretien avec Tracy Chevalier

    Ailleurs sur le web :
  • Lien vers le site officiel de La jeune fille à la perle, film adaptaté du roman, par Peter Webber.
  •  
    SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

     
      Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2024
    Site réalisé en 2001 par Afiny
     
    livre dvd