L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Dimanche 25 août 2019
  
 
     
Le Livre
Littérature  ->  
Rentrée Littéraire 2019
Romans & Nouvelles
Récits
Biographies, Mémoires & Correspondances
Essais littéraires & histoire de la littérature
Policier & suspense
Classique
Fantastique & Science-fiction
Poésie & théâtre
Poches
Littérature Américaine
Divers
Entretiens

Notre équipe
Essais & documents
Philosophie
Histoire & Sciences sociales
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Littérature  ->  Romans & Nouvelles  
 

Le Hamac
Jean-Luc Payen   Le Hamac rouge
Joëlle Losfeld - Domaine français 1999 /  17.56 € - 115.02 ffr. / 278 pages
ISBN : 2-84412-019-9
Imprimer

Certains se réfugient dans une bulle. Luc, c'est dans son hamac. Avec son écriture rapide, Jean-Luc Payen nous entraîne - pour notre plaisir et presque sans nous laisser souffler - depuis la chambre de trois enfants, jusqu'à l'âge d'homme de son narrateur.

C'est Luc, l'aîné, qui raconte avec humour et tendresse, en vingt-cinq chapitres enlevés, les émotions, les petits bonheurs, les chagrins et les drames de sa famille mouvementée. Il n'a pas oublié son beau gosse de père: "Belles bagnoles. Le sourire facile. La main chaude. Roi du commerce. Toujours partant. Quatre coins du monde". Tout ça - ses cheveux noirs, ses dents blanches et ses belles pochettes - disparu dans un crash en Equateur. Mijoux n'avait que deux ans; Liz un.

Luc, en parlant, se dépeint lui-même, sensible et curieux, avec son regard et son ironie. Il aime son jeune frère plus déluré, si impatient de connaître les filles; la petite Liz fragile dans sa chambre aux papillons.

Sarah, la mère amoureuse (la plus belle sur la photo de ses vingt ans), est devenue agitée, "gueularde et pleureuse émérite". Surtout depuis qu'elle s'est retrouvé un mari: "Georges, un nouveau père, un inédit. Avait été capitaine dans l'armée. Avait fait l'Indo. L'Algérie. Un peu farfouillé en Afrique". C'est le moment où Luc prend ses distances. La première fois qu'il arrive avec ce carnet de cancre, Sarah ne veut pas y croire. "Je venais de grimper dans le hamac".

Et voilà, magnifique, Clara - ou Grandie - la grand-mère rescapée d'Auschwitz. Toujours serrée dans son Chanel, elle dirige d'une main ferme son usine de klaxons et dans toutes les circonstances parle vrai, comprend tout, ne se trompe jamais. Elle raconte aux enfants - une seule fois - l'époque des camps. (Pages écrites sans emphase, et qui nouent la gorge). "Mes enfants, sur l'arche d'entrée du camp d'Auschwitz il y avait écrit : "Le travail rend libre". Un drôle de rire est sorti de sa gorge, comme une cascade de cailloux secs".

Les cris de Georges et les pleurs de Sarah résonnent dans la maison. Alors qu'ils jouent dans le jardin, entourés de leurs animaux familiers, le malheur frappe. Luc en parle si tendrement. On traverse des jours historiques en mangeant des crêpes. "Avoir dix ans en Mai 68. Sale farce".

A l'école il y a Monsieur Fessand avec son visage rouge-violet et "ses yeux porcins qui glissent comme des agates dans leurs orbites". A la maison la haine du beau-père; ses brimades; les farces cruelles, les rires et le désespoir. Les jeux avec les copains dont ils ne savent pas encore que l'un d'eux deviendra une crapule. En vacances, les premiers seins nus aperçus dans une crique. Mijoux se met à hurler comme un dément: "LES SEINS! LES SEINS! JE VEUX LES VOIR!"

Ce sont bientôt des adolescents. La haine pour Georges a encore grandi. On est emmené un temps à Quito pour un séjour initiatique. Sans perdre son humour, Luc fait la connaissance des cousins et de la tante Fidès, des ruisseaux qui descendent du Pichincha (le volcan), des arbres et des sentiers sauvages, du plaisir avec Alba et de l'amour avec Fancy.

Luc n'arrivera à l'âge adulte que pour subir un dernier choc. Il lui faudra du temps pour se remettre à vivre. "Je crois que le hamac a continué à se balancer pendant un bon moment. Quand je me suis réveillé, j'ai vu que les deux cerisiers étaient en fleurs. Je les ai regardés longtemps, mais il était impossible de venir à bout de toute cette beauté".

Les personnages de ce beau roman existent si bien qu'on ne les quitte pas. On sait qu'ils sont devenus, pour l'écrivain lui-même, (qu'il les ait inventés ou non) des êtres à la fois "de fiction", et "vivants".


Vivette Perret
( Mis en ligne le 24/10/1999 )
Imprimer

A lire également sur parutions.com:
  • Nécrologies
       de Jean-Luc Payen
  • XCA le Camp
       de Jean-Luc Payen
  •  
    SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

     
      Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2019
    Site réalisé en 2001 par Afiny
     
    livre dvd