L'actualité du livre Jeudi 13 juin 2024
  
 
     
Le Livre
Littérature  ->  
Rentrée Littéraire 2021
Romans & Nouvelles
Récits
Biographies, Mémoires & Correspondances
Essais littéraires & histoire de la littérature
Policier & suspense
Classique
Fantastique & Science-fiction
Poésie & théâtre
Poches
Littérature Américaine
Divers
Entretiens

Notre équipe
Essais & documents
Philosophie
Histoire & Sciences sociales
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Littérature  ->  Romans & Nouvelles  
 

Entre gris clair et gris foncé
Olivier Adam   Passer l'hiver
L'Olivier 2004 /  16 € - 104.8 ffr. / 176 pages
ISBN : 2879294215
FORMAT : 13 x 19 cm
Imprimer

Les neuf textes d’Olivier Adam publiés sous le titre de Passer l’hiver ont en commun un moment : celui du vertige. Ce ne sont pas tant des nouvelles que des courts récits. La chute ici n’existe pas, ou plutôt elle n’est pas le propos. Le texte ne nous mène pas vers un dénouement ; le point final s’étire souvent en points de suspension. Un signe de ponctuation qui va bien aux êtres fragiles – fragilisés – qui se racontent ici. Mort, fin de l’amour, angoisse d’exister, sentiment de solitude… les thèmes qui habitent Passer l’hiver sont si essentiellement humains qu’ils ne peuvent que résonner dans l’âme du lecteur. Leur mise en scène plutôt sensible sonne le plus souvent juste, et l’on ressort de ce recueil avec une tristesse un peu vague, un peu douce aussi : une once d’espoir, un improbable avatar de vie pointent toujours à travers la brume épaisse qui enveloppe ces hommes et ces femmes.

Olivier Adam, 30 ans à peine, est l’auteur de trois romans, dont le dernier, Poids léger (L’Olivier, 2002) a été adapté à l’écran par Jean-Pierre Améris (le film, avec Bernard Campan, devrait sortir avant l’été 2004). Les personnages et les tableaux qu’il peint ici pourraient fort bien être les sujets d’autant de courts-métrages. On les regarderait en silence, bien calés dans un fauteuil de velours rouge, un après-midi de neige, en attendant que le monde soit sorti de l’hiver.


Anne Bleuzen
( Mis en ligne le 04/02/2004 )
Imprimer
 
SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

 
  Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2024
Site réalisé en 2001 par Afiny
 
livre dvd