L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Lundi 22 juillet 2019
  
 
     
Le Livre
Littérature  ->  
Romans & Nouvelles
Récits
Biographies, Mémoires & Correspondances
Essais littéraires & histoire de la littérature
Policier & suspense
Fantastique & Science-fiction
Classique
Poésie & théâtre
Poches
Littérature Américaine
Divers
Entretiens

Notre équipe
Essais & documents
Philosophie
Histoire & Sciences sociales
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Littérature  ->  Romans & Nouvelles  
 

Emma par-delà l’Oural
Dmitri Bavilski   Les Mangeurs de pommes de terre
Gallimard - Du Monde Entier 2004 /  21 € - 137.55 ffr. / 300 pages
ISBN : 2-07-072837-4
FORMAT : 14x21 cm
Imprimer

Lidia Albertovna coule une vie plus que paisible à force d’ennui et de routine entre ses fonctions au musée local (surveiller les croûtes hollandaises dont une étude du tableau de Van Gogh qui donne son nom au roman) et une vie de famille atone : un mari compositeur, un fils dans l’adolescence. Jusqu’à ce qu’elle tombe dans les bras d’un ami du fiston, par ailleurs voleur de plaquettes au même musée, Danila.

La liaison pimente alors la vie de la quinquagénaire, tout comme la présence de l’oeuvre du grand peintre sort la ville russe de sa torpeur provinciale : deux trames tressées ensemble de main de maître par Dmitri Bavilski qui signe ici un premier roman, point de départ d’une carrière littéraire confirmée là-bas, naissante et prometteuse chez nous.

Car outre un style enjoué, sautillant, toujours empreint d’une ironie délicieuse, l’auteur donne à voir aux Européens que nous sommes, aveuglés dans l’œil du cyclone occidental, que notre culture est cousine d’autres qui lui ressemblent, qui veulent lui ressembler ou cherchent en tout cas sa reconnaissance. L’éternel débat entre le tropisme vers l’Ouest et l’attachement aux valeurs et codes d’une «slavité» protéiforme, dont tout écrivain russe est marqué, semble-t-il, bon gré, mal gré… Un étrange entre-deux, une situation qui peut pousser à chercher ce qui fonde l’universel. La quête est ici, peut-être, révélée par ces chapitres en aparté, dans lesquels l’auteur égrène «Ce que nous appelons "Automne"», «Ce qui nous semble aujourd’hui archaïque», «En quelles catégories se divisent les hommes», «Ce qui fait plaisir», etc.

Lidia «bovarise» dans cette ville oubliée, que l’auteur nous restitue avec les reflets d’une occidentalité évidente, signifiée brillamment par la présence de la fameuse toile. Mais les mangeurs de pommes de terres, ce sont aussi les terreux, les provinciaux, les délaissés… «A Bricabratsk, l’illusion de l’esthétisme est le premier degré de défense contre la médiocrité de l’existence, une réaction spontanée contre la rudesse de la vie, contre sa pollution, sa poussière, sa pâleur. Comme on est condamné à rester dans son trou, on se réfugie dans la lecture de la presse occidentale, on écoute une musique sophistiquée, surtout pas celle que diffuse les stations FM du matin au soir.» (p.117) Car il y a Occident et Occident et les McDo, chansons pop et offensives marketing polluent, à Bricabratsk aussi, la défense et l’illustration d’une culture plus intemporelle, faite de peintures hollandaises et de musique baroque ou romantique…

Voici un auteur à découvrir et suivre, dont on rangera les romans aux côtés de ceux de Makine, Nabokov ou, récemment publiée chez le même éditeur, Olga Slavnikova (L’Immortel. Histoire d’un homme véritable).


Bruno Portesi
( Mis en ligne le 14/02/2005 )
Imprimer

A lire également sur parutions.com:
  • La Femme qui attendait
       de Andreï Makine
  • Détails d'un coucher de soleil
       de Vladimir Nabokov
  •  
    SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

     
      Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2019
    Site réalisé en 2001 par Afiny
     
    livre dvd