L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Samedi 27 février 2021
  
 
     
Le Livre
Littérature  ->  
Rentrée Littéraire 2020
Romans & Nouvelles
Récits
Biographies, Mémoires & Correspondances
Essais littéraires & histoire de la littérature
Policier & suspense
Classique
Fantastique & Science-fiction
Poésie & théâtre
Poches
Littérature Américaine
Divers
Entretiens

Notre équipe
Essais & documents
Philosophie
Histoire & Sciences sociales
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Littérature  ->  Romans & Nouvelles  
 

Histoire à deux voix
Patrick Goujon   Carnet d'absences
Gallimard - Blanche 2005 /  17.50 € - 114.63 ffr. / 240 pages
ISBN : 2070773922
FORMAT : 14 x 21 cm
Imprimer

Il y a quelques dizaines d'années, on se serait plu à évoquer, à la lecture du titre de ce roman, Carnet d’absences, le parfum des salles de classe d'antan, fait du mélange du bois des pupitres, d'encre et de craie. Et il est de bon ton, aujourd'hui, de plonger avec une délectation quelque peu rétrograde dans les parfums de l'école d'avant 1968, où régnaient le bon ordre et le respect dû au maître. Mais point de rassurante nostalgie dans ce Carnet-là,et c'est tant mieux. L'auteur plante son décor principal dans les salles de classe, certes, mais celles-ci sont modernes et réalistes, telles que les connaissent les gamins d'aujourd'hui. Et ce ne sont pas nécessairement des champs de bataille.

Patrick Goujon, à la faveur d'une construction en flash-back, s'attache à l'évolution des deux personnages principaux, Benjamin et Aube, sur une période de 12 ans découpée en trois périodes distinctes (12 ans, 8 ans puis 4 ans plus tôt). Ces années recouvrent le début de l'adolescence jusqu'à l'âge adulte. La rencontre fortuite, au début du livre, des deux personnages dans un supermarché, ouvre la porte à l'évocation de leurs souvenirs respectifs. Commence alors un récit à deux voix, qui fait plonger le lecteur au cœur des vies de Benjamin et Aube.

Benjamin a perdu sa mère, décédée d'un cancer quelques années plus tôt. Auprès d'un père qui s'enferme dans la tristesse et la solitude, il essaie de trouver des repères. Petit roux « avec les dents devant », il peine à s'intégrer à l'école et préfère s'abîmer dans la contemplation passive d'une camarade silencieuse, Julie, et s'inventer des scénarios de bandes dessinées pleins de super-héros indestructibles. Arrive une « nouvelle » dans sa classe, Aube, dite Sera, qui passe les cours le regard perdu par la fenêtre. Sera, ou la deuxième voix du roman. On la découvre au moment où elle se réinstalle chez sa mère qui a souffert de troubles psychiatriques, mais qui apparemment, semble s'en être sortie. Bientôt coincée entre cette femme qui peine à s'occuper d'elle, et un père qui s'est remarié, avec un bébé à la clé, Sera « ne sait plus exactement où (elle) voudrai(t) être sans avoir à blesser quelqu'un ».

Deux enfants perdus, deux solitudes : la bonne idée du roman est de s'inscrire dans la durée, et de donner ainsi au lecteur le loisir de s'attacher à ces deux enfants qui, malgré leurs solitudes respectives, vont parvenir à s'épanouir. Patrick Goujon réussit à s'installer dans l'esprit d'un enfant de douze ans, avec ses manières de réfléchir et de ressentir, puis dans celui d'un adolescent, et enfin d'un jeune adulte. Il est amusant, au détour d'un nouveau chapitre (nouvelle période), d'imaginer les années qui se sont écoulées, et de constater que les personnages ont sensiblement évolué. Entre univers enfantins, amitiés qui se créent, malaises adolescents, et illusions perdues, on voit deux personnalités se définir, puis s'affirmer. L'auteur s'attache aux détails du quotidien, en touches impressionnistes, et réussit ainsi à faire le portrait d'une certaine jeunesse contemporaine. Même si le style peut pâtir de ce parti-pris de simplicité, il se dégage tout de même de Carnet d'absences une petite musique qui sera familière à bien des trentenaires.


Véronique Delahaye
( Mis en ligne le 29/07/2005 )
Imprimer
 
SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

 
  Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2021
Site réalisé en 2001 par Afiny
 
livre dvd