L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Dimanche 25 août 2019
  
 
     
Le Livre
Littérature  ->  
Rentrée Littéraire 2019
Romans & Nouvelles
Récits
Biographies, Mémoires & Correspondances
Essais littéraires & histoire de la littérature
Policier & suspense
Classique
Fantastique & Science-fiction
Poésie & théâtre
Poches
Littérature Américaine
Divers
Entretiens

Notre équipe
Essais & documents
Philosophie
Histoire & Sciences sociales
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Littérature  ->  Romans & Nouvelles  
 

Rencontres en exil
Luis Sepùlveda   Les Roses d'Atacama
Métailié 2001 /  13.74 € - 90 ffr. / 168 pages

Nouvelles
Imprimer

Salvador Allende a été assassiné le 11 septembre 1973 par la junte du général Pinochet. Pour tout Chilien adulte et démocrate, ce jour-là, il n’y eut plus qu’une seule alternative: la clandestinité, avec ses périls, le risque permanent d’être arrêté et torturé, ou les routes de l’exil. Ce drame est au coeur du nouveau recueil de nouvelles de Luis Sepùlveda, sans qu’il soit jamais évoqué en détail: l’auteur du Vieux qui lisait des romans d’amour (Editions Métailié & Points Seuil) quitte son pays pour de longues pérégrinations. Des forêts d’Equateur à Hambourg, des Asturies à la Havane, il est cet homme sans racine, sans souvenir frivole, qui observe et reconnaît ses semblables: les insoumis, les voyageurs, les êtres à qui rien n’a été donné… ou à qui tout sera arraché bientôt.

Sepùlveda n’est pas un politique: il parle du Communisme qui "s’effondre comme un tas d’ordure", comme il se révolte contre la dictature du libéralisme. Contre la suffocation que la loi du profit fait peser sur les humbles et les sans-grade, auxquels ses nouvelles rendent hommage à travers une suite de portraits, de parcours sensibles et désenchantés. Car le marginal, pour Sepùlveda est celui qui ne plie pas, et partant, reste dépositaire de la dignité et de l’invisible tendresse humaine.

Les Roses d’Atacama s’ouvrent en sourdine, sur quelques histoires qui ne semblent engager personne. Ou même invoquer de grands mots à contre-courant… Mais très vite, on réalise qu’il est difficile de sortir indemne d’une telle lecture: le vieil instituteur destitué sans raison valable, chassé de son foyer, et qui se réveille un matin les doigts couverts de craie… Le couple d’amants passionnés, réfugié dans un coin perdu de la forêt équatoriale, tandis que chaque jour se rapproche le bruit des tronçonneuses… Frédéric Personne, dont la vie se conforme à son patronyme, depuis ce jour d’enfance où il est tombé entre les mains des nazis…

Tant de destins qui n’auraient jamais dû être contés, et le sont pourtant ici, par un marcheur du monde : Sepùlveda sait que les rêveurs doivent nécessairement un jour ou l’autre "se convertir en soldats". Pareils à ces roses obstinées du désert d’Atacama qui ne fleurissent que quelques heures à l’aube, une fois l’an, avant que la férocité du soleil ne les calcine.


Isabelle Nouvel
( Mis en ligne le 20/06/2001 )
Imprimer
 
SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

 
  Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2019
Site réalisé en 2001 par Afiny
 
livre dvd