L'actualité du livre Jeudi 30 mai 2024
  
 
     
Le Livre
Littérature  ->  
Rentrée Littéraire 2021
Romans & Nouvelles
Récits
Biographies, Mémoires & Correspondances
Essais littéraires & histoire de la littérature
Policier & suspense
Classique
Fantastique & Science-fiction
Poésie & théâtre
Poches
Littérature Américaine
Divers
Entretiens

Notre équipe
Essais & documents
Philosophie
Histoire & Sciences sociales
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Littérature  ->  Romans & Nouvelles  
 

Juste mauvais
Michel Cyprien   Vieillir sans toi
Julliard 2007 /  19 € - 124.45 ffr. / 257 pages
ISBN : 2-260-01705-3
FORMAT : 13,5cm x 20,5cm
Imprimer

La quatrième de couverture mettait l'eau à la bouche, le visuel de la couverture, un chat noir aux yeux d'opale sur un fond bleu nuit, aussi... Hélas, un zéro pointé pour ce Vieillir sans toi, roman caduque et insipide.

Sam (Asmodée de son vrai prénom) est un avocat gay sortant d'une relation éteinte, terminée en amitié fraternelle avec Rémi. La cinquantaine, il construit avec Patricia, qui se fait appeler Bullit, un «compagnonnage amoureux» (p.36), du genre sexe impossible, amour improbable et retraite paisible en simili-couple-de-base. Sauf que Patricia meurt subitement... Malchance ? Erreur médicale ? Tirant profit de son passé de jeune détective à Boston, Sam mène l'enquête et fomente l'élimination du toubib jugé coupable... sans oublier de placer en famille d'adoption les deux chats de la défunte...

On se remettra difficilement de la lecture de ce roman, au point d'incriminer l'éditeur, de soupçonner un copinage, et d'en vouloir à l'auteur pour ces moments perdus. Du style à la psychologie des personnages, tout est bâclé dans cette histoire. Sam agace, plus «adulescent» que monsieur, égoïste dans sa recherche de la vérité, jaloux envers les proches de Bullit, et plus attentif à la psychologie des deux félins orphelins qu'à celle de son propre entourage.

Maladroit aussi, le recours à quelques séries et succès du cinéma, pour ponctuer l'intrigue et faire référence à ce que la Bullit en question adorait : Six Feet Under, Urgences, Queer as Folk ou Le Seigneur des anneaux, tout un environnement pop qu'il aurait fallu plus pudiquement souligner. L'écriture, enfin, provoque de trop nombreux soupirs : un maladroit jonglage avec les images, une narration qui finit par lasser... «J'étais d'un calme extraordinaire. Mon état psychique était semblable à une mer d'huile qui attend son heure» (p.145). Qu'on nous explique !...

Bref, un mauvais moment littéraire, ni beau, ni touchant, ni même divertissant. Il y a parfois dans l'édition des mystères difficilement explicables...


Bruno Portesi
( Mis en ligne le 02/02/2007 )
Imprimer
 
SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

 
  Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2024
Site réalisé en 2001 par Afiny
 
livre dvd