L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Mardi 23 juillet 2019
  
 
     
Le Livre
Littérature  ->  
Romans & Nouvelles
Récits
Biographies, Mémoires & Correspondances
Essais littéraires & histoire de la littérature
Policier & suspense
Fantastique & Science-fiction
Classique
Poésie & théâtre
Poches
Littérature Américaine
Divers
Entretiens

Notre équipe
Essais & documents
Philosophie
Histoire & Sciences sociales
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Littérature  ->  Romans & Nouvelles  
 

L’hésitation avant la naissance
Ghislaine  Dunant   Un effondrement
Grasset 2007 /  12.90 € - 84.5 ffr. / 140 pages
ISBN : 9782246724810
FORMAT : 18,8 x 11,8 cm

Date de publication : 05/09/2007
Imprimer

Ghislaine Dunant, romancière (c’est son quatrième texte), décrit en 40 courts chapitres une cure de sommeil et le lent et difficile retour à la vie, l’acceptation de celle-ci. Des phrases courtes, divisées en petits paragraphes, le refus des effets de style pour mieux dire cette période grise, d’entre-deux.

Le livre s’ouvre sur la description des dernières scènes de Million dollar baby, et nous suivons la narratrice dans le KO analogue à celui de l’héroïne. Grande traumatisée de la vie, sans qu’il y n’ait d’explication donnée au lecteur, elle est emprisonnée dans une clinique psychiatrique luxueuse, au milieu de patients qui lui ressemblent, dans leur détresse et leur apathie et en qui elle reconnaît des compagnons de désespoir, sans échange possible. «C’était difficile d’échanger quelques mots avec les autres. C’était invraisemblable de traverser ce qui nous séparait, murs invisibles. (…) Parce que s’il y avait des raisons de mal vivre, un surmenage, un deuil, une douleur morale, aucune n’expliquait pour autant d’être ici» (p.97).

Peu à peu la renaissance se construit, à petites touches, le monde reprend des couleurs, les autres s’incarnent, Robert, patient qui porte sur les choses et les êtres un regard d’ironie désespérée, l’aide à accepter des rituels de vie : savourer la douceur d’un soir, les petites joies du groupe, passer de l’anonymat à la reconnaissance. Elle sort un jour, marquée à jamais par cette année blanche : 1973, mais décidée à accepter «la nécessité de vivre».

Un texte envoûtant, bref, qui dit l’effondrement mais aussi la possibilité d’en renaître.


Marie-Paule Caire
( Mis en ligne le 31/08/2007 )
Imprimer
 
SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

 
  Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2019
Site réalisé en 2001 par Afiny
 
livre dvd