L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Vendredi 10 avril 2020
  
 
     
Le Livre
Littérature  ->  
Rentrée Littéraire 2019
Romans & Nouvelles
Récits
Biographies, Mémoires & Correspondances
Essais littéraires & histoire de la littérature
Policier & suspense
Classique
Fantastique & Science-fiction
Poésie & théâtre
Poches
Littérature Américaine
Divers
Entretiens

Notre équipe
Essais & documents
Philosophie
Histoire & Sciences sociales
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Littérature  ->  Romans & Nouvelles  
 

Comedia
Julio Cortazar   Nouvelles, histoires et autres contes
Gallimard - Quarto 2008 /  29 € - 189.95 ffr. / 1415 pages
ISBN : 978-2-07-078544-5
FORMAT : 14,0cm x 20,5cm
Imprimer

Gallimard sort une nouvelle édition des oeuvres de Julio Cortazar, différente de son intégrale Nouvelles 1945-1982. On pouvait craindre les doublons mais cette édition comporte des suppléments de choix. Outre les écrits Bestiaire, Les Armes secrètes, Fin d'un jeu, Cronopes et fameux, Tous les feux le feu, Octaèdre, Façons de perdre, Un certain Lucas, Nous l'aimons tant, Glenda, Heures indues, on trouve dans cette édition Quarto des textes comme Les Discours du pince-gueule, On la déplore, Le Tour du jour en quatre-vingts mondes, Dernier round, Prose de l'observatoire, Silvalande, Territoires, Un Gotan pour Lautrec et Les Autonautes de la cosmoroute.

Avec Julio Cortazar, on songe pêle-mêle à Luis Bunuel, Roman Polanski, Roland Topor, Dino Buzzati, Franz Kafka, Fernando Arrabal... Cet écrivain né en 1914 à Bruxelles de parents argentins, déménage avec sa famille à Buenos Aires, dans le quartier appelé Banfield, à l’âge de quatre ans. En 1932, grâce à la lecture d'Opium de Jean Cocteau, il découvre le surréalisme. Sans terminer ses études, il devient professeur de littérature française à l'Université de Cuyo, dans la province de Mendoza. La nature de ses romans, comme Le Livre de Manuel ou Marelle, conduit l'Oulipo à lui proposer de devenir membre du groupe. Écrivain engagé, il refuse, l'Oulipo étant un groupe sans démarche politique. En 1951, opposé au gouvernement de Perón, il émigre en France où il vivra jusqu'à sa mort. Il y travaille pour l'UNESCO en tant que traducteur. Plus tard, il s'intéresse à la gauche politique en Amérique latine, et déclare qu'il appuie la révolution cubaine et les Sandinistes au Nicaragua. Il est naturalisé français à la fin de sa vie en 1981. Il meurt de leucémie le 12 février 1984 à Paris.

Le fantastique de Julio Cortazar n'est pas là pour nous faire oublier la réalité mais pour y ramener. La fiction et même l'imaginaire sont les meilleures voies pour saisir et appréhender le réel. Le détour narratif par le fantastique n’est donc précisément pas là pour nous faire «rêver». Il n’y a rien de saugrenue dans cette idée, voir le philosophe Clément Rosset par exemple. L’idée se base sur le fait que notre perception de la réalité ne peut pas se scinder en deux parts bien distinctes, d’un côté l’imaginaire et de l’autre le réel, comme si nous pouvions faire une telle distinction dans notre existence. C’est précisément parce qu’il y a originellement une confusion entre les deux, que nous prenons souvent l’un pour l’autre ou que les deux sont confusément mélangés, que la réalité devient alors étrangement inquiétante quand elle apparaît toute nue, fantastique à nos yeux, ce qui, ici, ne veut pas dire hors de la réalité justement. Nous ne sommes pas loin de Franz Kafka à ce titre.

Les écrits de Julio Cortazar jouent donc souvent sur des éléments soit ouvertement fantastiques soit décrivant minutieusement la réalité au point que celle-ci devient "fantastique". Dans la nouvelle intitulée L'Autre ciel, le héros, jeune courtier en Bourse, appartient à la fois au Buenos Aires des années 1930 et au Paris des années 1870, passant de l'un à l'autre monde par une faille existant entre les galeries Güemès et Vivienne. Dans Continuité de parc (tirée de Fin d'un jeu), le plus courte nouvelle du romancier et la plus significative à cet égard, un lecteur lit un roman et bientôt, l'histoire le mène quelque part… Tout en lisant, il se retrouve dans la réalité avec son meurtrier ! Clarté du style, concision et génie réunis en quelques lignes ! Une autre nouvelle, fort connue, Axolotl, met en scène un homme qui effectue une visite au zoo et tombe en arrêt devant d’étranges créatures dans un aquarium, au point qu’une certaine confusion s’instaure... Qui regarde qui ? Ces créatures sont des Axolotls, animaux réels, qui présentent, à l'état adulte, des caractéristiques juvéniles, larvaires ou même fœtales, tout en acquérant la maturité sexuelle et la possibilité de se reproduire. Ce batracien primitif vivant au Mexique, proche de la salamandre, est l’animal idéal et monstrueux pour la littérature et le cinéma. Au point d’ailleurs qu’il évoque l’humain…

Dans Les Ménades, une salle de concert se transforme en scène de lynchage collectif. Les spectateurs, dans l’enthousiasme, commencent par applaudir normalement au spectacle musical puis par s’en prendre aux musiciens au point de vouloir les dévorer. Et il y a une certaine femme en rouge... Nous ne serons pas étonnés d’apprendre que Luis Bunuel adorait cette nouvelle et voulait l’adapter à l’écran mais il n’y réussit jamais. Si les distorsions du temps et de l'espace sont fréquentes dans les nouvelles de Cortazar, celui-ci utilise bien souvent comme Bunuel par ailleurs un "minimum d'effets". Cette économie de moyens est conforme à l'épure du style du romancier.

Se souvient-on que la nouvelle Les Fils de la vierge (tiré des Armes secrètes) a inspiré Antonioni pour son célèbre film Blow up ? Cette nouvelle interroge la photographie, le cinéma et tout ce qui se rapporte à la capture de l'image. Le narrateur de la nouvelle, Michel, parle de lui à la première et à la troisième personne, relate ce qu’il fait, le critique et prend des photos. Il tient à voir ce qu’il ne devrait pas voir, et le retenir. Ce jour-là, un couple à la pointe de l’île St Louis retient son attention, un garçon très jeune et une jolie femme qui pourrait être sa mère. Quand il a pris enfin son cliché, la femme l’a vu, la femme réclame l’image, le garçon s’enfuit, un homme plus âgé apparaît… Mais que s'est-il passé ?

On pourrait continuer ainsi à évoquer l'étrange univers de Julio Cortazar, pure délectation esthétique non seulement parce que souvent les nouvelles sont courtes mais parce qu'elles évoquent des territoires troublants et parallèles, où tout d'un coup, le réel bascule... C'est évidemment parce que Julio Cortazar a un style remarquable que nous pouvons rentrer comme par inadvertance dans le récit. Par l'exploration de cette réalité et par l'art et la manière de nous la révéler, nous saisissons à quel point nous ne savons pas regarder et à quel point la réalité est trouble, complexe, étrange, fantastique ! Le réel contient plus que ce que nous pouvons en appréhender. Julio Cortazar est ce voyant qui extirpe l'insolite de la banalité, l'absurde de la logique, le prodigieux de l'ordinaire. Parfois aussi, c'est un épisode banal du quotidien qui ouvre la porte et permet l'irruption du fantastique.

Julio Cortazar aimait le jeu. Il nous indique d’ailleurs à la fin du volume un ordre de lecture particulier, comme une promenade… Une promenade certes pas très rassurante...


Yannick Rolandeau
( Mis en ligne le 09/04/2008 )
Imprimer

A lire également sur parutions.com:
  • L'Examen
       de Julio Cortazar
  •  
    SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

     
      Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2020
    Site réalisé en 2001 par Afiny
     
    livre dvd