L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Vendredi 19 juillet 2019
  
 
     
Le Livre
Littérature  ->  
Romans & Nouvelles
Récits
Biographies, Mémoires & Correspondances
Essais littéraires & histoire de la littérature
Policier & suspense
Fantastique & Science-fiction
Classique
Poésie & théâtre
Poches
Littérature Américaine
Divers
Entretiens

Notre équipe
Essais & documents
Philosophie
Histoire & Sciences sociales
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Littérature  ->  Romans & Nouvelles  
 

Huis clos identitaire
Franck Maubert   Le Père de mon père
Editions Philippe Rey 2008 /  15 € - 98.25 ffr. / 144 pages
ISBN : 978-2848761206
FORMAT : 14X19 cm

Date de parution : 21/08/2008.
Imprimer

Un homme d’une cinquantaine d’années, en l’occurrence le narrateur, écrivain de son état, reçoit une lettre qui le bouleverse. Les quelques lignes évoquent l’absence du père et les errances identitaires qui en découlent. Ce cousin que le narrateur ne connaît pas fissure, par des mots anodins, la frêle carapace qu’il s’était obstiné à construire afin de dissimuler cette obsédante et oppressante colère causée par le néant paternel.

L’espoir est ravivé avec la même réactivité qu’une rafale de vent crachant son souffle puissant sur des braises, pourtant, en apparence affaiblies. Toutefois, point d’indice sur ce père qui semble être une ombre pour l’ensemble de la famille. En revanche, le père de son père devient une bouée inespérée dans cet océan de solitude. Le narrateur, sans hésiter, prend contact avec ce grand-père qui jamais n’a esquissé la moindre sollicitude durant les 50 dernières années.

Quelle drôle de situation, à 53 ans, que de se trouver en tête à tête intime, pour la première fois de sa vie, avec son pépé ! Les liens filiaux seuls ne peuvent spontanément offrir l’effusion, la complicité et la tendresse. Ils sont deux inconnus liés par le souvenir et le fantasme d’un homme dont l’existence ne leur est que généalogique ; le fils de l’un, le père de l’autre. Le premier, déchiré à vif, est obsédé par la quête de son géniteur, le second, repoussant la mort inévitable, est obsédé par les souvenirs de sa vie. Les deux hommes se frôlent, se surveillent du coin de l’œil, font semblant de s’intéresser à l’autre mais ne se rencontrent pas. Aucune collision, aucun mot plus haut que l’autre, chacun trépigne et s’enferme dans ses regrets.

Si le point de départ suscite une curiosité non négligeable, l’auteur aborde les thèmes de l’identité, du lien, de la filiation et de la séparation avec une certaine banalité tant le nombre de romans ayant pour intrigue centrale ces sujets est phénoménal. Pourquoi cette sensation de fadeur ? La plume de Franck Maubert a la sécheresse émotionnelle d’un homme qui a trop longtemps souffert et dont les larmes se sont fossilisées dans des profondeurs inaccessibles. Cet aspect peut être un choix et offre un langage âpre mais, malheureusement, cette dureté n’habite pas son roman et ce malgré les situations de crispations, de profondes incompréhensions qu’il fait vivre entre ses deux personnages. Une impression désagréable de linéarité comportementale endort le lecteur tant le grand-père et le petit fils sont en permanence dans une apathie émotionnelle, tels deux ours épuisés en pleine hibernation. Difficile donc de croire en ce huis clos identitaire. La tension, la souffrance, la déception pourraient affleurer mais elles restent impalpables. Dommage…


Frédéric Bargeon
( Mis en ligne le 20/08/2008 )
Imprimer
 
SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

 
  Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2019
Site réalisé en 2001 par Afiny
 
livre dvd