L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Samedi 15 décembre 2018
  
 
     
Le Livre
Littérature  ->  
Rentrée Littéraire 2018
Romans & Nouvelles
Récits
Biographies, Mémoires & Correspondances
Essais littéraires & histoire de la littérature
Policier & suspense
Classique
Fantastique & Science-fiction
Poésie & théâtre
Poches
Littérature Américaine
Divers
Entretiens

Notre équipe
Essais & documents
Philosophie
Histoire & Sciences sociales
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Littérature  ->  Romans & Nouvelles  
 

Parricide(s)
Karine Tuil   La Domination
Le Livre de Poche 2010 /  6 € - 39.3 ffr. / 180 pages
ISBN : 978-2-253-12831-1
FORMAT : 11cm x 18cm

Première publication en août 2008 (Grasset).
Imprimer

Karine Tuil a visé juste et livre, avec La Domination, un roman puissant, prenant… et délicieusement rothien…

Jouant des brumes séparant réalité et fiction, à partir d´une confession faite par une amie sur son histoire familiale, Karine Tuil se l´approprie, la mange et en restitue un récit engourdissant : l´histoire d´une romancière courtisée à deux égards par son éditeur. D´abord, pour quelle écrive l´histoire de son père, Jacques Lance, médecin humanitaire respecté sinon adoré, récemment décédé dans des circonstances obscures ; pour qu´elle en révèle la part d`ombre dans un sabbat littéraire aux relents parricides… Ensuite, pour la courtiser tout court ; la jeune femme, piégée dans ses propres fissures, cède sous le charme et le charisme de cet éditeur bien plus âgé qu`elle, figure en son temps incontournable du microcosme littéraire, aujourd´hui sur le déclin.

Deux figures paternelles. Deux récits. Aux chapitres détaillant la relation entre l´auteure et son éditeur/Pygmalion, succèdent ceux du roman en question. Ici, pilotée par ses névroses, ce rapport au père vénéneux, elle devient Adam, fils que Lance aurait voulu avoir : «Ce texte, j´avais envie de l`écrire à chaque fois que mon père m´appelait «mon écrivain» comme si du fruit de sa création était né un autre personnage, masculin celui-là, circoncis par la langue».

Mais ce roman constitue une nouvelle mise à mort ; Jacques Lance y est présenté comme un Juif honteux et adultérin, en fait polygame, «Un Casanova hospitalier qui avait fait de l´errance sexuelle un substitut à l´exil juif», loin de l´image publique à la clarté marmoréenne. «Vous allez écrire ce livre et les gens vont l´adorer, vous savez pourquoi ? Parce que vous allez faire le portrait d´un Juif amoral et que les gens en ont assez de la figure du Juif élu, humain et responsable»…

Un maelström identitaire envoûtant, tissant avec grande intelligence des thèmes aussi variés, et férocement littéraires, que le rapport au père, celui à un héritage difficile (la judéité) ou encore les affinités électives, le tout dans des ambiances intellectuelles où la littérature côtoie l´histoire et la politique… Tout, ici, a à voir avec tout, se rejoint au fil des pages pour se révéler en un final explosif.

Rothien disions-nous car ces ficelles-là sont coutumières de l´écrivain américain, presque une marque déposée. Karine Tuil en donne ici une version française réussie, laissant espérer au lecteur convaincu qu´il retrouvera cet Adam hermaphrodite, un Zuckerman de l´Hexagone, dans d´autres titres…


Bruno Portesi
( Mis en ligne le 10/09/2010 )
Imprimer

A lire également sur parutions.com:
  • Douce France
       de Karine Tuil
  • Tout sur mon frère
       de Karine Tuil
  •  
    SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

     
      Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2018
    Site réalisé en 2001 par Afiny
     
    livre dvd