L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Dimanche 16 mai 2021
  
 
     
Le Livre
Littérature  ->  
Rentrée Littéraire 2020
Romans & Nouvelles
Récits
Biographies, Mémoires & Correspondances
Essais littéraires & histoire de la littérature
Policier & suspense
Classique
Fantastique & Science-fiction
Poésie & théâtre
Poches
Littérature Américaine
Divers
Entretiens

Notre équipe
Essais & documents
Philosophie
Histoire & Sciences sociales
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Littérature  ->  Essais littéraires & histoire de la littérature  
 

Au révélateur de l'histoire
Aurélie Paci & Thierry Soulard   Les Mystères du Trône de Fer - Tome 2 - La Clarté de l'histoire, la brume des légendes
Pygmalion 2021 /  20 € - 131 ffr. / 541 pages
FORMAT : 15,3 cm × 23,9 cm
Imprimer

Qui ne connaît pas Le Trône de fer a peu de chances d’être intéressé par le livre d’Aurélie Paci et Thierry Soulard, Les Mystères du trône de fer II, qui propose d’analyser la place que tient l’Histoire dans la saga - ou cycle - créée par l’Américain George R.R. Martin (en version originale, A song of ice and fire), dont cinq tomes sur les sept annoncés sont déjà parus, et dont l’adaptation en série télévisée, A Game of Thrones, a battu tous les records d’audience et de téléchargement illégal dans le monde entier. Les auteurs sont peut-être doctorante en histoire ancienne pour l’une et journaliste et romancier pour l’autre, ils sont ici d’abord des fans du Trône de fer, membres actifs de ''La garde de nuit'', principale association et communauté francophone consacrée à la saga. Ils ont mis leur passion et leurs connaissances au service des autres fans, en décryptant les influences et les références historiques qui se trouvent dans l’œuvre.

L’idée principale de leur travail est que Le Trône de fer est marqué par un rapport très étroit à l’Histoire, qui le structure d’une part, et qui offre au lecteur les repères familiers et le réalisme qui l’aident à se retrouver dans un monde imaginaire d’autre part. C’est l’un des paradoxes du genre fantasy que de situer le plus souvent ses histoires dans des mondes imaginaires, mais de les lier au nôtre par toute une série de références qui font qu’ils nous intéressent, au-delà des dragons, des sorciers ou des gobelins que l’on peut y croiser.

Les Mystères du Trône de fer rappelle dans une première partie que George R.R. Martin est un passionné d’Histoire, plus précisément d’Histoire populaire pour reprendre la terminologie américaine. Il ne lit pas de travaux universitaires, mais il aime les ouvrages de vulgarisation tendant vers l’histoire romancée, ceux qui donnent une atmosphère et dépeignent des personnages ou des épisodes sortant de l’ordinaire, sans trop s’embarrasser de nuances ni de complexité.

A partir de là, George R.R. Martin a doté son monde non seulement d’une géographie précise, qui a abouti à la publication d’un atlas permettant au fan de ne pas s’égarer dans des régions où il manque un peu de repères scolaires, mais aussi d’une histoire très structurée. Comme le rappelle le très poétique sous-titre, qui est tiré du tome 5 de la saga, l’Histoire éclaire le monde du Trône de fer. Les personnages, et le lecteur avec eux, sont constamment entourés de repères historiques sous la forme de ruines, de souvenirs d’une bataille ou d’un règne, ou des armoiries d’une maison noble, dont certaines, avec leurs châteaux, existent parfois… depuis huit mille ans ! La démesure, celle du temps notamment, est l’une des caractéristiques du genre fantasy, et l’omniprésence de l’histoire contribue à donner au monde imaginaire de la profondeur, de la cohérence et une forme de réalisme.

La deuxième partie des Mystères du trône de fer présente le fruit d’un patient et impressionnant travail de recensement et d’identification des références et inspirations historiques qui se cachent dans la saga. La principale inspiration est évidente ; c’est celle du moyen-âge européen des XIIIe-XVe siècles, avec ses chevaliers, ses tournois, ses châteaux, ses intrigues et ses guerres. C’est un moyen-âge de clichés, à la manière du cinéma hollywoodien des années 50, le sexe et le sang en plus, tout de même ; la réalité historique est plutôt approximative, mais cela marche bien. On y reconnaît les Capétiens et les Plantagenets, la guerre de Cent ans et la guerre des Deux roses, on pense aux Rois maudits et à Shakespeare.

George R.R. Martin mêle ensuite à cet ingrédient principal une multitude d’autres emprunts qui n’ont rien à voir entre eux, et juxtapose sans hésiter les époques, de l’Antiquité à la Renaissance, et les latitudes, principalement l’Europe, la Méditerranée et le Moyen-Orient. On trouve ainsi, au fil des pages et des régions, des sociétés préhistoriques, un mur qui pourrait être celui d’Hadrien, un peu de haut moyen-âge, des navigateurs pillards et découvreurs aux faux airs de Vikings, une principauté qui ressemble comme une cousine à Al-Andalus, des cavaliers des steppes, des troupes d’élites tenant de la phalange macédonienne ou de la légion romaine, ou encore des cités marchandes à l’atmosphère italienne pour les unes, carthaginoise ou mésopotamienne pour les autres. Ces emprunts vont des traits profonds d’une société au détail d’un monument. Le titan de Braavos est inspiré du colosse de Rhodes ; le détail d’un événement, l’utilisation du feu grégeois par les Byzantins pour défendre Constantinople contre les Arabes ; ou encore la référence à un personnage, au choix, Jeanne d’Arc, Alexandre le Grand ou Richard III parmi bien d’autres. En réalisant la diversité des inspirations de Martin, on est impressionné par son habileté à avoir transformé ce qui aurait pu être un bric-à-brac sans queue ni tête, en un monde tout à fait cohérent, dans lequel on se laisse porter par une histoire parfaitement construite.

Les Mystères du trône de fer peut se lire comme un parcours thématique, en passant d’une région à l’autre au fil des envies, ou de manière linéaire en suivant le plan choisi par les auteurs. Ce n’est pas un livre d’entrée dans la saga, au risque de s’y perdre, mais un ouvrage de fans sérieux et érudits, pour des fans curieux et passionnés, les uns comme les autres cherchant à prolonger le plaisir.


Antoine Picardat
( Mis en ligne le 21/04/2021 )
Imprimer
 
SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

 
  Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2021
Site réalisé en 2001 par Afiny
 
livre dvd