L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Mardi 25 janvier 2022
  
 
     
Le Livre
Littérature  ->  
Rentrée Littéraire 2021
Romans & Nouvelles
Récits
Biographies, Mémoires & Correspondances
Essais littéraires & histoire de la littérature
Policier & suspense
Classique
Fantastique & Science-fiction
Poésie & théâtre
Poches
Littérature Américaine
Divers
Entretiens

Notre équipe
Essais & documents
Philosophie
Histoire & Sciences sociales
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Littérature  ->  Poésie & théâtre  
 

Plongée dans le langage
Valère Novarina   L'Acte inconnu
Gallimard - Folio théatre 2009 /  6 € - 39.3 ffr. / 239 pages
ISBN : 978-2-07-035926-4
FORMAT : 11cm x 18cm

Première publication en Juillet 2007 (P.O.L.).
Imprimer

Créée dans la cour du Palais des papes en 2007 au festival d’Avignon puis reprise au Théâtre de la Colline la saison suivante, la dernière pièce de Valère Novarina est un véritable régal, un de plus. Flot de paroles irrationnel, avalanche de néologismes tous plus croustillants les uns que les autres, l’Acte inconnu est une fête du langage, un hymne savoureux à la langue.

La pièce se présente comme un récit des origines, inspiré de tous les textes qui relèvent de ce genre, la Bible au premier chef (qui est une source d’inspiration courante de V. Novarina). Cette genèse nomme les individus (on n’ose écrire les hommes …), le Mangirier Olam, La Machine à faire vrai, Jean qui corde… puis décrit l’imbécile guerre de l’homme contre l’homme au travers de peuplades réelles ou imaginaires aux rites plus absurdes et cruels les uns que les autres.

Un exemple parmi tant d’autres :
«L’homme obtenu d’homme
Nous sommes les Nicanthropes, notre victoire sur nous-mêmes est totale : nous succédons au Protogéniteurs et aux Poncteurs-Gérémiques, qui nous feront suite quand nous les égorgerons»


On retrouve dans cette pièce des thèmes chers à V. Novarina : l’origine de l’être humain, l’origine de la langue, mais aussi la dénonciation larvée, ô combien plus efficace que de clairs discours, des absurdités de notre société contemporaine (La Machine à réparer le vide juridique…). On rit, mais on rit jaune parfois, ces personnages fictifs sont-ils si éloignés de la réalité ? A cet égard, le défilé à la tribune d’une série de candidats à une élection et l’énonciation de leurs slogans sont édifiants :

«La candidate Amarante
Le silence des mots ! Le parti pris d’en parler !
La candidate Outremer
La réalisation du réel selon les potentialités du possible.
Le candidat Fuschia
Notre futur est votre avenir. Donnez-nous votre présent. Votre argent m’intéresse»


Entre hymne au Bescherelle et menaces de châtiments :

«Exogène, toi qui as décidé d’éclairer ton garage toute la nuit pour que les rats admirent ta Mercedes – ton squelette sera dispersé comme une carrosserie lancée en poussières et semée sur des bretelles d’autoroute sans issue !»

Le récit chemine, «hésitation prolongée entre le son et sens». Car le sens n’est pas immédiat : il est parfois difficile de trouver une trame à ce récit. Mais c’est aussi ce qui fait son intérêt…

En résumé, une somme (presque au sens médiéval du terme) à lire et à relire – car la pièce est si dense que tout ne se saisit pas à la première écoute ou lecture !


Cécile Obligi
( Mis en ligne le 20/03/2009 )
Imprimer

A lire également sur parutions.com:
  • La Scène
       de Valère Novarina
  •  
    SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

     
      Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2022
    Site réalisé en 2001 par Afiny
     
    livre dvd