L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Lundi 4 mars 2024
  
 
     
Le Livre
Littérature  ->  
Rentrée Littéraire 2021
Romans & Nouvelles
Récits
Biographies, Mémoires & Correspondances
Essais littéraires & histoire de la littérature
Policier & suspense
Classique
Fantastique & Science-fiction
Poésie & théâtre
Poches
Littérature Américaine
Divers
Entretiens

Notre équipe
Essais & documents
Philosophie
Histoire & Sciences sociales
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Littérature  ->  Littérature Américaine  
 

L'autre côté d'un miroir fêlé
Laird Hunt   New York n° 2
Actes Sud - Lettres anglo-américaines 2010 /  22 € - 144.1 ffr. / 283 pages
ISBN : 978-2-7427-9445-4
FORMAT : 11,5cm x 21,7cm

Traduction de Barbara Schmidt
Imprimer

Parce que, souvent, la littérature américaine crée et appelle les analogies cinématographiques, on pensera ici aux univers sombres et oniriques de Caro et Jeunet (Delicatessen, La Cité des enfants perdus), ceux déconstruits de Michel Gondry ou cauchemardesques de Christopher Nolan. D'où aussi, à la lecture, une fascination polluée par le malaise et le doute, un sentiment d'égarement : une littérature hallucinatoire.

Et marquée par le 11 septembre, dont ce New York n°2 serait le fruit pourri. Deux New York, en fait, simultanés et superposés, sans qu'on ne sache vraiment si le second est le fruit de la schizophrénie du narrateur ou pas. Il se nomme Henry. Il est ici ce convalescent qui échange avec son compagnon de chambre, un certain M. Kindt, tous deux étant surveillés par un docteur, une femme hollandaise, longiligne, blonde, avec de belles oreilles, nous précise-t-il. Une femme qui, dans l'autre New York, s'appelle Tulip, amie d'Henry, à qui elle présente l'intrigant M. Kindt, vieillard amateur de hareng et parrain d'une organisation étrange, pourvoyeuse de meurtres fictifs... Henry, de visiteur, devient cambrioleur, mangeur de hareng et tueur fictif plus ou moins professionnel. Quelle histoire !...

Une histoire sous forme de conte lugubre et perturbant, apologue sur ce qu'est devenu New York selon l'auteur. "Nous vivons après tout dans une ville qui, dans l'une de ses formes au moins, est toute en simulacres subtils, surfaces trompeuses, scintillements légers et éphémères" (p.14), fait remarquer Kindt à son jeune invité.

Un roman hermétique et très référencé ; l'auteur donne dans ses remerciements quelques clés : Les Anneaux de Saturne de W.G. Sebald, La Leçon d'anatomie de Rembrandt, l'œuvre ésotérique de Sir Thomas Browne.

On peut reprocher à Laird Hunt ce côté abscons. On ne peut nier son talent pour autant, dès lors que l'on s'accroche à la lecture de ce roman urbain et nocturne, dripping de mots sur une ville prisonnière de son traumatisme.


Thomas Roman
( Mis en ligne le 10/01/2011 )
Imprimer
 
SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

 
  Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2024
Site réalisé en 2001 par Afiny
 
livre dvd