L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Mercredi 23 octobre 2019
  
 
     
Le Livre
Littérature  ->  
Rentrée Littéraire 2019
Romans & Nouvelles
Récits
Biographies, Mémoires & Correspondances
Essais littéraires & histoire de la littérature
Policier & suspense
Classique
Fantastique & Science-fiction
Poésie & théâtre
Poches
Littérature Américaine
Divers
Entretiens

Notre équipe
Essais & documents
Philosophie
Histoire & Sciences sociales
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Littérature  ->  Littérature Américaine  
 

La Débutante rebelle
Siri Hustvedt   Souvenirs de l'avenir
Actes Sud - Lettres anglo-américaines 2019 /  22,80 € - 149.34 ffr. / 333 pages
ISBN : 978-2-330-12580-6
FORMAT : 14,5 cm × 24,0 cm

Christine Le Boeuf (Traducteur)
Imprimer

Un grand délice de lecture, admirablement traduit par Christine Le Boeuf : en quelques 300 pages, Siri Hustvedt brasse large et embrasse fort, en évoquant une année fondatrice, 1979, les études à New York et l'entrée en littérature.

Ce roman serait-il alors comme un adieu aux armes ? Pourvu que non ! Ces Souvenirs de l'avenir - le titre à lui seul le dit - laissent entendre que l'auteure a encore bien plus à écrire, à répéter, à recomposer. Elle dit pourtant ici beaucoup : sur le temps qui passe, la mémoire qui, sans cesse, mute et se reformate - «N'oublions pas qu'un souvenir est toujours au présent» -, les élans et les impasses de l'écriture, New-York, ville elle aussi protéiforme, être femme, les élans et les impasses ici aussi...

Trois récits tressés organisent l'exposé de ces «gouttes d'expérience» (l'expression est d'Alfred North Whitehead, cité par l'auteure) : à la relecture de son journal de jeunesse (première trame), la narratrice revient sur cette année et double ainsi les larges citations faites du journal de ses propres remarques et rectifications. Le passé s'infuse dans le présent de l'écrivain sexagénaire, et gagne ainsi en profondeur. «J'écris maintenant, j'écris contre le temps, pour le temps, avec le temps, au cœur du temps. J'écris de mon temps vers le vôtre. Il y a de la magie dans cette simple action, n'est-ce pas ?».

Le troisième récit consiste en des extraits du roman que SH écrivit durant ces mois new-yorkais, les allers, les retours et les pauses provoquées par les aléas du quotidien, au final une enquête à la Conan Doyle, qui nourrit une réflexion sur l'intuition et la déduction. Jeune femme débarquée du Minnesota, elle se socialise peu à peu dans la ville et sa jungle - qu'elle ne reconnaît plus aujourd'hui -, fait des rencontres, certaines amicales, d'autres amoureuses, et se heurte aussi à la violence et l'embarras. Sa voisine, de l'autre côté du mur, anone des sortes de mantras, clame sa tristesse et sa solitude, parle seule contre le conjoint violent et les enfants disparus, se réunit avec des amis, formant un étrange cénacle.

Tour est d'ailleurs cercles et cénacles dans cette ziggourat romanesque, le cercle des premiers amis new-yorkais, celui plus large des connaissances lointaines - SH sert de ghost writer à une sorte d'aristocrate new-yorkaise -, celui de la famille laissée dans le Midwest, les cercles concentriques du temps qui passe, bulles interpénétrées dont l'auteur tente de résoudre l’écheveau : «Le temps prends, quand on vieillit, la forme d'un entonnoir. L'ouverture, au bout, diminue, le passage se rétrécit. Le possible devient le probable. Ces temps-ci, je m'accroche à l'immédiat. J'écris en chemin vers la mort».

Passe la Baronne Elsa von Freytag-Loringhoven, dont Siri Hustvedt défend la maternité de la célèbre ''Fontaine'', contre Duchamp. Et la littérature, matière noire qui tient ensemble ces univers, matrice d'un rapport magique et synesthésique au temps et à l'espace. «Plus on lit, plus grande devient la promiscuité entre un livre et un autre». SH a cette formule magistrale, «la musique visuelle de chez moi», qui résume parfaitement la teneur, le propos, la densité et la profondeur de ces Souvenirs de l'avenir.


Thomas Roman
( Mis en ligne le 25/09/2019 )
Imprimer

A lire également sur parutions.com:
  • Un été sans les hommes
       de Siri Hustvedt
  •  
    SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

     
      Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2019
    Site réalisé en 2001 par Afiny
     
    livre dvd