L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Jeudi 28 mai 2020
  
 
     
Le Livre
Littérature  ->  
Rentrée Littéraire 2019
Romans & Nouvelles
Récits
Biographies, Mémoires & Correspondances
Essais littéraires & histoire de la littérature
Policier & suspense
Classique
Fantastique & Science-fiction
Poésie & théâtre
Poches
Littérature Américaine
Divers
Entretiens

Notre équipe
Essais & documents
Philosophie
Histoire & Sciences sociales
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Littérature  ->  Littérature Américaine  
 

Epidemie
Rebecca Makkai   Les Optimistes
Les Escales 2020 /  22,90 € - 150 ffr. / 554 pages
ISBN : 978-2-36569-420-9
FORMAT : 14,0 cm × 22,5 cm

Caroline Bouet (Traducteur)
Imprimer

. «Ils ne mouraient pas tous, mais tous étaient frappés». Ce vers issu des Animaux malades de la peste de Jean de La Fontaine aurait pu servir d’incipit à ce magnifique et tragique roman de Rebecca Makkai, qui retrace les destins bouleversés de la communauté gay de Chicago dans les années 1980, alors que le fléau du sida a commencé à s’abattre.

Le roman s’ouvre en 1985 sur le personnage de Yale Tishmann, en couple stable depuis quelques temps avec Charlie, lui-même activiste de la cause homosexuelle et directeur de la rédaction d’un journal à destination de la communauté gay. Avec leurs nombreux amis, ils se réunissent pour célébrer la mort d’un des leurs, Nico, atteint du sida. C’est l’époque d’après l’innocence, alors que le mode de transmission est bien connu de la communauté homosexuelle mais le préservatif encore trop souvent délaissé au profit d’un espoir de traitement. La société dans son ensemble condamne les personnes homosexuelles et les fantasmes sur la contamination sont puissants. Le milieu hospitalier commence à peine à évaluer comment accompagner les patients malades du sida, qui font l’objet de multiples discriminations.

Rebecca Makkai alterne les chapitres centrés sur la fin des années 1980 et sur Yale, jeune galeriste plein d’avenir, alors que l’autre partie de son roman se déroule à Paris, à l’automne 2015, où l’on retrouve, vieillie et fragilisée, Fiona, la sœur de Nico, amie et soutien indéfectible de cette bande de garçons au milieu desquels elle fit, très jeune, son apprentissage de la vie. A la recherche de sa fille qui a depuis longtemps déserté le cercle familial et qu’elle devine vivre à Paris, elle prend malgré elle le recul nécessaire pour examiner sa vie, à l’aune de ce lien maternel brisé alors que vont éclater les sanglants attentats de novembre.

Si le récit des années 1980 est celui des ruptures, avec la famille qui rejette, les amis qui meurent, les amants qui trompent, la maladie qui se propage, celui de 2015 répare petit à petit les blessures de vies trop tôt dévastées par l’apparition de la mort. Mais c’est aussi un tableau très documenté de la crise du sida à Chicago, bien moins connue que celles que connurent New York ou Los Angeles, épicentres de l’épidémie.


Amélie Bruneau
( Mis en ligne le 01/04/2020 )
Imprimer
 
SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

 
  Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2020
Site réalisé en 2001 par Afiny
 
livre dvd