L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Lundi 1 mars 2021
  
 
     
Le Livre
Littérature  ->  
Rentrée Littéraire 2020
Romans & Nouvelles
Récits
Biographies, Mémoires & Correspondances
Essais littéraires & histoire de la littérature
Policier & suspense
Classique
Fantastique & Science-fiction
Poésie & théâtre
Poches
Littérature Américaine
Divers
Entretiens

Notre équipe
Essais & documents
Philosophie
Histoire & Sciences sociales
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Littérature  ->  Poches  
 

Sur mon père
Michèle Audin   Une vie brève
Gallimard - Folio 2016 /  7.10 € - 46.51 ffr. / 190 pages
ISBN : 978-2-07-046820-1
FORMAT : 11,0 cm × 17,8 cm

Première publication en janvier 2013 (Gallimard - L'Arbalète)
Imprimer

Ce premier récit de Michèle Audin est un hommage franc, sensible, fragile et sincère à son père Maurice Audin (1932-1957), mort prématurément à 25 ans durant la guerre d’Algérie. Selon Pierre Vidal-Naquet qui a enquêté et publié en 1958 L’Affaire Audin, le jeune homme aurait été torturé puis abattu par l’armée française. Mais, et c’est ce qui surprend à l’entame du livre, Audin fille se refuse à évoquer ce que l’on appellera «L’affaire Audin» afin de privilégier les moments de sa trop courte existence.

Michèle Audin se penche donc sur l’arbre généalogique de la famille ainsi que ses déplacements successifs entre la France et l’Algérie. Rencontre des parents, vie étudiante, naissance des enfants, les étapes défilent vite car le temps presse ; le destin s’acharnant plus vite que prévu sur le pauvre Maurice, étudiant en mathématiques et activiste communiste.

Cette enquête, si elle est respectable et sérieuse, pose néanmoins deux problèmes d’ordre littéraire. Le premier concerne un trop grand nombre de détails peu pertinents sur la vie d’un personnage (même public), comme des tickets retrouvés ou sa consommation de cigarettes en 1951 ; le second, qui en découle, relève de la description de l’intime dans une œuvre publique. En effet, n’ayant que très peu de sources sur l’existence de son père, l’auteur se plait à poser des questions, à imaginer des événements probables dans le but de créer des repères ou de poser des situations concrètes sur des hypothèses. Or souvent, elle ne sait rien et tente d’imaginer ce qu’a pu faire ou vivre son père. Résultat : le lecteur n’apprend rien et reste dans l’allusion au même titre que l’auteur qui peine (et elle l’avoue) à recoller les morceaux d’une existence, du reste assez banale, jusqu’à ce Maurice se fasse arrêter puis exécuter.

Ce récit, aussi sincère et honnête soit-il, aurait dû peut-être rester dans un contexte familial. L’intérêt littéraire n’existe pas ou presque. Vidal-Naquet avait déjà fait le travail. On regrette également l’absence de photos pourtant décrites par l’auteur qui en a retrouvées un certain nombre et qui le confie au lecteur qui peine là encore à imaginer le visage d’un homme dont le destin fut on ne peut plus tragique et brisé.


Jean-Laurent Glémin
( Mis en ligne le 05/02/2016 )
Imprimer
 
SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

 
  Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2021
Site réalisé en 2001 par Afiny
 
livre dvd