L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Vendredi 25 septembre 2020
  
 
     
Le Livre
Littérature  ->  
Rentrée Littéraire 2020
Romans & Nouvelles
Récits
Biographies, Mémoires & Correspondances
Essais littéraires & histoire de la littérature
Policier & suspense
Classique
Fantastique & Science-fiction
Poésie & théâtre
Poches
Littérature Américaine
Divers
Entretiens

Notre équipe
Essais & documents
Philosophie
Histoire & Sciences sociales
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Littérature  ->  Poches  
 

Portrait de femme
Gilles Martin-Chauffier   La Femme qui dit non
Gallimard - Folio 2016 /  7.70 € - 50.44 ffr. / 387 pages
ISBN : 978-2-07-046485-2
FORMAT : 10,8 cm × 17,8 cm

Première publication en août 2014 (Grasset)
Imprimer

L’histoire de toute une vie… La narratrice, Marge, se raconte : 18 ans en septembre 1938 lorsque, avec son père, leur bateau doit aborder à l’île aux Moines, dans le golfe du Morbihan. Une île encore tranquille, à l’écart des touristes et de la mode, peuplée des seuls marins, pêcheurs et vieilles familles bretonnes.

D’emblée Marge tombe sur deux jeunes gens aussi séduisants l’un que l’autre : Mathias Gauvain, le hâbleur, bavard impénitent, et Blaise de Méaban, le taiseux, marin d’exception, tous deux amoureux passionnés de leur Bretagne, la Bretagne mythique, celle de Cadoudal et de la langue bretonne, celle pour qui l’Histoire a été injuste.

La Seconde Guerre mondiale pourrait-elle leur donner l’occasion de redresser cette injustice ? Tous deux la feront, chacun dans un camp et Marge entre eux deux. Marge enceinte de Mathias mais épouse de Blaise qui reconnaît sans mot dire à la fin de la guerre «leur» fils Timmy. En arrière-plan, l’acariâtre belle-mère de Marge, Kergantelec le beau manoir des Méaban, la figure généreuse et naïve de Madame Gauvain, l’insolite Nanny, deux figures de prêtres aux antipodes, l’un bretonnant perdu dans les illusions d’une Bretagne que pourraient restaurer les occupants, l’autre résistant qui quittera la prêtrise pour se jeter à corps perdu dans l’action syndicale et militante.

Marge raconte, inlassable, les années de guerre, les heures passées au casino de La Baule, les Trente Glorieuses et les occasions faciles à qui sait les saisir - et elle est de ceux-là, comme ses fidèles amis des mauvais jours, Misia et Morvan. Le XXe siècle s’achève, et les lecteurs en auront à la suite du récit de Marge parcouru les grandes lignes : collaboration et résistance, gaullisme dans ses différentes phases, guerre d’Indochine puis d’Algérie…

On pense assez en lisant le roman à Autant en emporte le vent, Marge évoquant fortement une Scarlett du XXe siècle, indépendante et sans grand scrupule, d’une amoralité tonique, dont Kergantelec est le Tara ; quant à Mathias et Blaise, ils se partagent alternativement les rôles de Rhett Butler et d’Ashley.

Un roman mené à bride abattue qui pourra plaire au plus grand nombre.


Marie-Paule Caire
( Mis en ligne le 15/06/2016 )
Imprimer

A lire également sur parutions.com:
  • Une vraie parisienne
       de Gilles Martin-Chauffier
  •  
    SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

     
      Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2020
    Site réalisé en 2001 par Afiny
     
    livre dvd