L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Jeudi 13 décembre 2018
  
 
     
Le Livre
Littérature  ->  
Rentrée Littéraire 2018
Romans & Nouvelles
Récits
Biographies, Mémoires & Correspondances
Essais littéraires & histoire de la littérature
Policier & suspense
Classique
Fantastique & Science-fiction
Poésie & théâtre
Poches
Littérature Américaine
Divers
Entretiens

Notre équipe
Essais & documents
Philosophie
Histoire & Sciences sociales
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Littérature  ->  Poches  
 

Fils du régime
Adam Johnson   La Vie volée de Jun Do
Seuil - Points 2015 /  8.95 € - 58.62 ffr. / 690 pages
ISBN : 978-2-7578-2958-5
FORMAT : 10,8 cm × 17,7 cm

Prix Pulitzer Littérature

Première publication française en septembre 2014 (L'Olivier)

Antoine Cazé (Traducteur)

Imprimer

Il faut forcer parfois la lecture du roman d'Adam Johnson, dont la densité et la construction alambiquée déroutent, mais la vie de ce ''Forrest Gump'' nord-coréen vaut qu'on s'y accroche. On sortira de la lecture repu, la tête lourde comme des muscles qui font mal d'avoir été trop bandés. Une fatigue saine, en somme. On peut aussi fuir l'effort et la fierté littéraires en se rabattant sur du roman facile. Il y en a des myriades, partout, tout le temps...

L'itinéraire d'un orphelin qui n'était pas orphelin, d'un soldat-matelot l'oreille et l'antenne vissées aux bruits de la mer, alors fasciné par ses rameuses américaines, héroïnes solitaires prisonnières des courants et de la géopolitique ; d'un général qui n'est pas vraiment général, de l'époux de la diva nationale, proche du tyran ; l'itinéraire d'un héros national glorifié... et conspué, figure exemplaire dont l'anti-biographie, narrée par la radio nationale, a été arrachée de notre homme, comme pour tout en ces latitudes, par la torture, beaucoup de torture, le travail appliqué de fonctionnaires formés ad hoc. Et le mensonge.

La narration zigzague dans le temps, change de voix. C'est parfois même la Corée du Nord elle-même qui nous parle, dans sa novlangue caricaturale, lardée de mensonges et d'une fierté patriotique éhontée. Le Commandant Ga est cette vie volée par Jun Do, un homme lui-même à l'existence incertaine, fils d'un maître d'orphelinat (on préfère d'ailleurs au titre français, assez fade, l'original anglais : The Orphan Master's Son), dont la mère, cantatrice, disparut sans crier gare. Jun Do devient Ga et le rival du tout puissant Kim Jong Il. Il peut alors mener à bien son plan, sauver Sun Moon, l'actrice - elle aussi cantatrice - du régime, et l'une des rameuses, faite prisonnière.

Le récit est porté par une imagination précise et une ambition littéraire manifeste, qui vêtissent superbement un sujet digne d'un Prix Pulitzer (l'horreur et l'absurdité totalitaires, la Corée du Nord vue d'Amérique mais sans réel parti pris), prix que l'auteur obtient en 2013 dans la catégorie fiction. Il manque peut-être un peu de chair et de cœur à cette longue fable, de vie dans l'âme de Jun Do, être abruti par un régime dont il a épousé, au final, toutes les logiques.


Thomas Roman
( Mis en ligne le 09/11/2015 )
Imprimer

A lire également sur parutions.com:
  • Des parasites comme nous
       de Adam Johnson
  •  
    SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

     
      Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2018
    Site réalisé en 2001 par Afiny
     
    livre dvd