L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Jeudi 19 juillet 2018
  
 
     
Le Livre
Littérature  ->  
Romans & Nouvelles
Récits
Biographies, Mémoires & Correspondances
Essais littéraires & histoire de la littérature
Policier & suspense
Fantastique & Science-fiction
Classique
Poésie & théâtre
Poches
Littérature Américaine
Divers
Entretiens

Notre équipe
Essais & documents
Philosophie
Histoire & Sciences sociales
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Littérature  ->  Poches  
 

La Vache folle et son bouvier
Catherine Millet   La Vie sexuelle de Catherine M.
Seuil - Points 2002 /  6.95 € - 45.52 ffr. / 256 pages
ISBN : 2-02-055130-6
Imprimer

Désormais (enfin, diront certains) disponible en poche, La Vie sexuelle de Catherine M. fut LE livre à lire du printemps 2001. On n’y peut rien, le snobisme est une mamelle du best-seller. Toutefois, pour que le cocktail sonne juste, il faut y adjoindre Légendes de Catherine M., de Jacques Henric, son pendant masculin, un ouvrage du même esprit agrémenté de photographies.

Mais qui est donc ce couple exhibitionniste, décrivant par le menu chacune de ses frasques ? Oh : des gens sérieux, tout ce qu’il y a de plus fréquentables ; Catherine Millet et Jacques Henric s’occupent de la très bonne revue Art Press, une des bibles de l’art contemporain en France. Toutefois – ça nous arrivera, si ce n’est déjà fait - ils ont dû essuyer une petite crise de couple, qu’ils ont colmatée en composant ces deux volumes.

Le livre de Catherine Millet suit le principe du célèbre Ma Vie secrète : l’auteur raconte sa vie sexuelle, sans retenue ni pudeur, des premières sécrétions aux dernières menstrues. Mais la narratrice est à Anaïs Nin ce que Maubeuge est à un champ de tulipes. Tout est gris, désespérément neutre. Des émois de muraille, des soupirs de goudron, des extases de ciment. De la chair triste, du flanchet, assaisonnée de savants concepts pour relever le fond de sauce. Madame Millet baise beaucoup, le nier serait puéril. Mais tout est si sale, si crapoteux, si conventionnel ; tout cela manque tellement d’imagination.

Avec Jacques Henric, ce sont les photos qui attirent le regard. Chacune représente Catherine Millet elle-même, sans une vêture et sous toutes coutures. Ainsi découvre-t-on sa compagne assise, de face, les jambes écartées. Hélas, les esprits coquins peuvent mettre leur libido au frigidaire : madame Millet n’a rien de Julia Chanel. Loin s’en faut. On songe au film de Franju Le Sang des bêtes. Toutefois, quitte à choisir, on prendra ce livre-là, car il pourra toujours être utile. Outre l’occasion d’une franche rigolade, il s’avère un croquemitaine parfait à exhiber aux enfants rétifs devant les lois de l’hygiène : "Va prendre ton bain, sinon tu deviendras comme la dame!!"

Mais hors cela, cet étalage de viande rance et de débauches inanimées dresse un triste tableau de la misère sexuelle contemporaine. On aimerait bien "jouir sans entraves", fomenter de gigantesques orgies, organiser des partouzes planétaires ; mais si c’est Catherine Millet qui en célèbre les saints offices, le bilan risque d’être bien pauvre. Un vrai tue l’amour.


Nicolas d'Estienne d'Orves
( Mis en ligne le 09/07/2002 )
Imprimer
 
SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

 
  Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2018
Site réalisé en 2001 par Afiny
 
livre dvd