L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Samedi 29 février 2020
  
 
     
Le Livre
Littérature  ->  
Rentrée Littéraire 2019
Romans & Nouvelles
Récits
Biographies, Mémoires & Correspondances
Essais littéraires & histoire de la littérature
Policier & suspense
Classique
Fantastique & Science-fiction
Poésie & théâtre
Poches
Littérature Américaine
Divers
Entretiens

Notre équipe
Essais & documents
Philosophie
Histoire & Sciences sociales
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Littérature  ->  Poches  
 

Vacuité
Claire Legendre   Matricule
Le Livre de Poche 2005 /  5.00 € - 32.75 ffr. / 152 pages
ISBN : 2-253-11231-3
FORMAT : 11x18cm

Première parution : Grasset, février 2003
Imprimer

Joseph, écrivain, et Clémence, chirurgien-dentiste, forment un drôle de couple : Joseph impose à Clémence un amour platonique et réprouve le moindre frôlement. Aucune sensualité entre ces deux êtres dont les rendez-vous sont le plus souvent tirés à pile ou face : «Pile, je me fais inviter chez elle et je vole son journal, face, je la laisse venir à la maison »
Clémence attend, se révolte et se résigne. Joseph instaure un jeu pervers, laisse monter le désir, expérimente. Il «souffre mais il aime le temps de l’imagination, il se dit qu’il l’aime peut-être même trop, cette décadence alcoolisée télévisuelle, et son imagination est d’autant plus jubilatoire qu’elle s’attelle aussi au corps, resté muet étranger. »
Quand Joseph lui annonce qu’il va offrir ses services à une banque de sperme, Clémence est interloquée. Mais elle met tout en oeuvre pour servir ce nouveau fantasme, avec ordre et méthode, selon son habitude.

Pour entrer dans l'univers de ce troisième roman de Claire Legendre, il faut aimer la distance et la répression, comprendre la résignation et le repli, accepter d'attendre un dénouement improbable, accompagner les personnages dans leurs déceptions quotidiennes. C’est la peur qui plane au-dessus du récit : peur du vide, de la solitude, des petits détails de l’existence qui envahissent le texte. «Ils sont tellement seuls, ensablés dans l’orgueil et la phobie du vide, elle va le lui dire quand même son mensonge de bonne volonté, salvateur et intéressé, tu es Dieu, en espérant que d’être tout pour quelqu’un, il deviendra quelque chose. » Comme si le monde ne produisait plus que des anti-héros.

Après un séjour à Bucarest, entre l’univers froid de la banque de sperme, le café à l’Américaine du Café des Artistes et l’appartement de la Roumaine Nicoleta Neatu, Joseph et Clémence se retrouvent. Ils ont une fille, Léonor, l’enfant rêvée de Joseph. De jeune femme effacée (presque démissionnaire), Clémence devient une mère transparente, comme si son personnage était voué à la disparition au fil des pages. Joseph, en revanche, écrivain raté, reporte son désir d’éternité sur sa fille : Léonor écrit.

Comme les personnages qui l’habitent, le roman manque de chair. On dirait un roman à trous : les blancs sont trop grands. D’où un sentiment de vacuité dans lequel certains ne manqueront pas de voir le reflet d’une époque.


Claire Archer
( Mis en ligne le 20/05/2005 )
Imprimer

Ailleurs sur le web :
  • Lire le premier chapitre sur le site des éditions Grasset
  •  
    SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

     
      Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2020
    Site réalisé en 2001 par Afiny
     
    livre dvd