L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Mercredi 12 mai 2021
  
 
     
Le Livre
Littérature  ->  
Rentrée Littéraire 2020
Romans & Nouvelles
Récits
Biographies, Mémoires & Correspondances
Essais littéraires & histoire de la littérature
Policier & suspense
Classique
Fantastique & Science-fiction
Poésie & théâtre
Poches
Littérature Américaine
Divers
Entretiens

Notre équipe
Essais & documents
Philosophie
Histoire & Sciences sociales
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Littérature  ->  Récits  
 

Chronique d'un péril annoncé
Sebastian Haffner   Histoire d'un Allemand
Actes Sud - Un endroit où aller 2002 /  20.90 € - 136.9 ffr. / 376 pages
ISBN : 2742736034
Imprimer

Dans un ouvrage au titre transparent, La Mobilisation totale, Ernst Jünger dénonçait l’érection du "monument au Grand Homme, ce symbole de l’Europe devenue fourmilière humaine". Certes, Sebastian Haffner n’est pas Jünger, leurs inspirations esthétiques et morales puisent dans des univers et des expériences différents, sinon opposés. Mais un point les rassemble, ce que Haffner appelle son "duel contre l’Etat" - totalitaire s’entend. "Avant que l’Etat totalitaire ne s’agresse avec ses exigences et ses menaces", Sebastian Haffner vivait dans la certitude que "la sphère la plus intime restait intacte", malgré la guerre - perdue contre toute attente - , et les troubles et vicissitudes de l’Allemagne des années 20. L’Histoire allait se charger de lui enseigner combien était illusoire cette conviction.

C’est ce qu’il relate dans des souvenirs d’une jeunesse allemande, lesquels courent de 1914 à 1933 (de sept à vingt-six ans, donc), date de l’arrivée au pouvoir des nazis. En quoi un récit individuel et présenté comme étant banal aiderait-il à comprendre la tragédie collective ? Ses chroniques de la République allemande ("dont à partir du printemps 1919 la défense fut exclusivement aux mains de ses ennemis") sont précises, éclairées, et ô combien justes. La faillite des communistes et des sociaux-démocrates est décrite de façon tristement lucide – description prémonitoire du (vil) comportement des démocrates après l’établissement du IIIe Reich : "les républicains doivent hurler avec les loups" pour survivre, lui conseilla un ami.

Revenant sur les circonstances de la décomposition de la république, Sebastian Haffner détaille l’expérience fondamentale que représenta pour sa génération – les Allemands nés entre 1900 et 1910 - la Grande Guerre, montrant que le nazisme prend racine dans le "jeu guerrier", "une véritable drogue comme la roulette ou l’opium". Il faut entendre par cette expression la fascination des enfants pour la comptabilité macabre mais abstraite de la guerre, les comptes-rendus tendancieux mais exaltants du front ("cette vision positive est la base même du nazisme"), le sentiment d’un quotidien hors du commun. En comparaison, l’après-guerre devait se montrer d’une affligeante tristesse. L’inflation de 1923, avec sa grotesque et tragique valse des zéros, acheva de mettre à bas les dernières certitudes morales de cette génération, celle qui vota pour le NSDAP en 1933. "La réaction politique des enfants est tout à fait intéressante pour l’historien", remarque l'auteur pour qualifier une génération qui prit l’horreur de la guerre pour le sel de la vie – et rejeta tout autre forme d’apprentissage du réel.

Face à la "résistible ascension" d’Adolf Hitler, Sebastian Haffner devait faire preuve d’une lucidité pour le moins extraordinaire - à tel point qu’on crut un moment ses écrits, débutés à Londres en 1938, pour apocryphes. Mais il devait aussi se trouver totalement désemparé face au naufrage de sa nation. Référendaire en stage au tribunal suprême de l’Etat de Prusse, il vit impuissant se déliter l’Allemagne, s’effondrer le masque des "hommes ordinaires" (pour reprendre le titre du terrifiant ouvrage de Christopher Brownning montrant la transformation de pères de famille allemands en bouchers du front de l’Est). Ecœuré, il ne trouvera de salut que dans l’exil, où il rédigera ce chef-d’œuvre historique… et littéraire. Histoire d'un Allemand ne fut jamais publié avant la mort de son auteur, survenue il y a quelque années. Pourtant peu de témoignages ont décrit avec tant de justesse ce gigantesque "crime sans criminels" qu’est le IIIe Reich.


Vianney Delourme
( Mis en ligne le 30/04/2002 )
Imprimer
 
SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

 
  Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2021
Site réalisé en 2001 par Afiny
 
livre dvd