L'actualité du livre Mercredi 22 mai 2024
  
 
     
Le Livre
Littérature  ->  
Rentrée Littéraire 2021
Romans & Nouvelles
Récits
Biographies, Mémoires & Correspondances
Essais littéraires & histoire de la littérature
Policier & suspense
Classique
Fantastique & Science-fiction
Poésie & théâtre
Poches
Littérature Américaine
Divers
Entretiens

Notre équipe
Essais & documents
Philosophie
Histoire & Sciences sociales
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Littérature  ->  Récits  
 

Ou comment l’absence d’un père
ne se guérit jamais
Marie Nimier   La Reine du silence
Gallimard - Blanche 2004 /  14.50 € - 94.98 ffr. / 170 pages
ISBN : 2070771547
FORMAT : 14 x 21 cm

Prix Médicis 2004.
Imprimer

Après huit romans, Marie Nimier se penche sur une histoire plus intime : la sienne, marquée par la mort accidentelle de son père, l’écrivain Roger Nimier, alors qu’elle n’avait que 5 ans. Ni récit, ni roman, cet écheveau de souvenirs emmêlés est à première vue assez déroutant. Marie Nimier semble écrire à mesure que lui reviennent des images, corrigeant dans un chapitre les trahisons de sa mémoire dans le chapitre précédent. Surprenant, presque, par la modestie qui semble être le fil conducteur de l’écrivain. Autant le père, l’initiateur du groupe des « Hussards » dans les années 50, était flambeur, brillant, génial, admiré, autant la fille cherche la pudeur, la discrétion, refusant le mélo et la dramatisation faciles dans ce qui pourrait être une triste histoire d’orpheline.

Pas de révélations croustillantes, donc, sur le « vrai » Roger Nimier, pas de pathos sur le drame de la disparition de son père. Le décor est posé : sobre, minimaliste, il met encore mieux en lumière la détresse de cette femme, mère de deux enfants, dont tant de pans de la personnalité se révèlent façonnés, comme en creux, par cette absence. Un récit empreint aussi d’humour, comme quand Marie Nimier décrit ses échecs répétés, à 40 ans passés, à l’examen du permis de conduire – son père s’est tué au volant d’une voiture de course... C’est cette fragilité qui peut toucher le lecteur. Et résonner plus fort sans doute chez tous ceux dont le père a brillé par son absence.


Marie-Pierre Noguès
( Mis en ligne le 20/09/2004 )
Imprimer
 
SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

 
  Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2024
Site réalisé en 2001 par Afiny
 
livre dvd