L'actualité du livre Jeudi 13 juin 2024
  
 
     
Le Livre
Littérature  ->  
Rentrée Littéraire 2021
Romans & Nouvelles
Récits
Biographies, Mémoires & Correspondances
Essais littéraires & histoire de la littérature
Policier & suspense
Classique
Fantastique & Science-fiction
Poésie & théâtre
Poches
Littérature Américaine
Divers
Entretiens

Notre équipe
Essais & documents
Philosophie
Histoire & Sciences sociales
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Littérature  ->  Fantastique & Science-fiction  
 

Loin de Lovecraft…
Brian Lumley   La Légende de Titus Crow - Intégrale
Mnémos 2014 /  30 € - 196.5 ffr. / 868 pages
ISBN : 978-2-35408-180-5
FORMAT : 16,7 cm × 24,2 cm

France-Marie Watkins et Bruno Billion (Traducteurs)
Imprimer

Les fans de Lovecraft le savent : avant l’apparition de l’humanité sur Terre, il y eut d’autres civilisations, vénérant d’autres divinités désormais oubliées, piégées dans les profondeurs de la planète, de l’espace ou bien égarées entre les dimensions, des divinités aux noms étranges (Hastur, Cthulhu, Nyarlathotep, Azathoth, etc.) qui tentent désespérément de revenir dominer la planète en hantant les rêves des humains, en pervertissant leurs ultimes adorateurs à l’aide de rituels sanglants, ou en déchaînant des pouvoirs extraordinaires et terrifiants. Dans les romans et nouvelles de Lovecraft, l’humanité, confrontée à ces «grands anciens» et privée de tous moyens de défense, ne peut que fuir, après avoir saisi, en y laissant sa santé mentale, la nature même de la menace…

Mais les temps changent avec Brian Lumley, énième auteur lovecraftien : avec Titus Crow, Henri de Marigny ou encore Hank Silberhutte, ses héros, l’humanité peut jouer à part égale avec les monstres du mythe de Cthulhu, tant sur Terre que sur d’autres planètes (la Borée d’Itaqha, le marcheur de vents), dans les contrées du rêve ou encore dans le domaine même des anciens dieux, Elysia. Occultiste, Titus Crow est le personnage central de cette saga qui dévoile, petit à petit, les arcanes d’un univers développé par l’auteur en s’inspirant vigoureusement des romans de Lovecraft et de ses suiveurs. Et cet univers est foisonnant de vies et de menaces, nanti de sa propre cosmogonie complexe (avec un panthéon de dieux anciens, bons ou méchants), de ses dimensions diverses, de créatures parcourant le temps (les chiens de Tindalos) comme l’espace… Voyageant dans cet univers si fantastique, les héros de Brian Lumley affrontent, avec leurs capacités diverses (télépathie, muscles ou corps refaçonnés par un robot) les monstres du mythe de Cthulhu dans des aventures picaresques, hautes en couleurs et pleines de batailles.

Les fans de Lovecraft se divisent en plusieurs familles, plus ou moins attachées à l’œuvre originale, plus ou moins «puristes» : Brian Lumley et le cycle de Titus Crow, s'ils s’inscrivent bien dans la postérité de Lovecraft, rappellent plutôt Robert Howard (auteur de Conan le barbare, parmi d’autres ouvrages) par le style autant que par les intrigues. Avec Titus Crow, le panthéon lovecraftien est désormais à taille humaine, et il est possible de le combattre. Voyageant dans une pendule qui évolue dans l’espace et le temps, Crow n’hésite pas à attaquer les déités inventées par Lovecraft, conquérir des mondes nouveaux après de furieuses batailles ou encore séduire des princesses issues de l’espace ou du rêve. On est très, très loin de Lovecraft, de son écriture poétique autant que fantastique, de la peur insidieuse qu’elle pouvait distiller et, souvent, les amateurs du genre hurleront devant quelques-unes des inventions de Lumley (Cthylha, la fille de Cthulhu ; Kthanid, le gentil Cthulhu ; Elysia, la planète des dieux anciens ; l’horloge et son rayon blanc meurtrier, etc.).

Titus Crow, c’est du grand spectacle, des paillettes, des explosions, la version hollywoodienne de Lovecraft, avec un happy end, des effets spéciaux, des starlettes et des héros forcément musclés, virils et courageux, qui regardent le danger en face. Les amateurs de Lovecraft seront sans doute rapidement rebutés par des romans qui exploitent et développent, à l’excès, les thèmes lovecraftiens, en dépit de quelques trouvailles et d’un style qui parfois retrouve les accents du maître. Ils s’insurgeront aussi devant quelques coquilles et traductions par trop mécaniques. Mais les amateurs de bon gros récits d’aventures fantastiques, à la Howard ou à la Rice Burroughs (celui de Pellucidar ou du Cycle de Mars) apprécieront certainement cet ouvrage massif, au rythme vif et haletant, qui réunit l’ensemble des romans du cycle (de longues heures de lecture en perspective) et développe une série d’intrigues musclées dans un univers vaste.

De la grosse série B lovecraftienne.


Gilles Ferragu
( Mis en ligne le 22/09/2014 )
Imprimer

A lire également sur parutions.com:
  • Les Rats dans les murs
       de Reinhard Kleist , H. P. Lovecraft
  •  
    SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

     
      Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2024
    Site réalisé en 2001 par Afiny
     
    livre dvd