L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Jeudi 28 mai 2020
  
 
     
Le Livre
Littérature  ->  
Rentrée Littéraire 2019
Romans & Nouvelles
Récits
Biographies, Mémoires & Correspondances
Essais littéraires & histoire de la littérature
Policier & suspense
Classique
Fantastique & Science-fiction
Poésie & théâtre
Poches
Littérature Américaine
Divers
Entretiens

Notre équipe
Essais & documents
Philosophie
Histoire & Sciences sociales
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Littérature  ->  Fantastique & Science-fiction  
 

Croque-mitaine
Neil Gaiman   L'Océan au bout du chemin
Au Diable Vauvert 2014 /  18 € - 117.9 ffr. / 320 pages
ISBN : 978-2-84626-803-5
FORMAT : 13,0 cm × 19,5 cm

Patrick Marcel (Traducteur)
Imprimer

Un homme mûr revient sur les terres de son enfance, jusqu’à la ferme d’une amie d’alors, Lettie Hempstock… une petite fille bizarre qui croyait que la mare derrière chez elle était un océan. Évidemment, un regard d’adulte ne perçoit qu’une mare, mais l’homme se souvient de son enfance, d’un drame – un suicide – qui déclenche une succession de catastrophes, et la découverte de l’océan derrière la ferme des Hempstock.

Car le petit garçon qu’il était s’est alors trouvé confronté à une créature singulière venue d’un autre temps, à la fois anxieuse de lui plaire (en lui donnant de l’argent) et décidée à prendre le contrôle de sa vie, de sa famille… Une créature qui parvient bientôt à se matérialiser en une redoutable et séduisante nounou, Ursula Monkton (même le nom fait peur). Heureusement, aidée par Lettie Hempstock, sa maman et sa mémé, l’enfant est prêt à affronter la bête, au risque de découvrir tout ce qui se cache derrière notre réalité, voire de prendre conscience de la fragilité de cette réalité… à peine plus solide qu’un bout de tissu !

Un adulte est-il encore capable d’assumer cela ? Il y a une petite musique singulière dans les romans de Neil Gaiman (American gods, Stardust, etc.), une petite musique un peu inquiétante, entêtante, fantastique ou gothique, horrifique et onirique à la fois. Neil Gaiman n’est pas un auteur de fantasy banal : dans chaque ouvrage, il se réapproprie les thèmes de la fantasy et les détourne, ou les transplante dans notre réalité, pour la fragiliser et déstabiliser son lecteur. Méthode efficace, servie par une plume inspirée, poétique, friande d’images et de sensations.

Et ce roman (jeunesse ou adulte), primé par les lecteurs anglo-saxons, témoigne, à nouveau, et à merveille, du talent de conteur comme de l’imagination débridée de l’auteur anglais. Joliment traduit, avec toute la poésie nécessaire, par Patrick Marcel, l’ouvrage se lit d’une traite, tant l’intrigue se révèle haletante. Placé dans la peau du petit héros, le lecteur découvre, peu à peu, la réalité des Hempstock – ou du moins ce qu’il parvient à en comprendre – et plus largement la face cachée de notre monde. Mais le regard d’un enfant, habilement rendu, ne perçoit que des bribes, et ne recompose qu’une partie du puzzle.

Pas de frustration toutefois dans cette impression d’un monde caché, mais au contraire, un vrai plaisir et de l’émerveillement devant la capacité de l’auteur à rendre vivants, bien réels, son jeune héros et ses tribulations dans le monde dangereux des Hempstock. Un vrai régal et un auteur qui, décidément, sait emmener ses lecteurs, jeunes ou adultes, sur des chemins de traverses bien sombres et bien plaisants.


Gilles Ferragu
( Mis en ligne le 24/10/2014 )
Imprimer
 
SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

 
  Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2020
Site réalisé en 2001 par Afiny
 
livre dvd