L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Mardi 16 juillet 2019
  
 
     
Le Livre
Littérature  ->  
Romans & Nouvelles
Récits
Biographies, Mémoires & Correspondances
Essais littéraires & histoire de la littérature
Policier & suspense
Fantastique & Science-fiction
Classique
Poésie & théâtre
Poches
Littérature Américaine
Divers
Entretiens

Notre équipe
Essais & documents
Philosophie
Histoire & Sciences sociales
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Littérature  ->  Fantastique & Science-fiction  
 

La fin du monde, et après…
Pierre Bordage   Les Chemins de Damas
Au Diable Vauvert 2005 /  23 € - 150.65 ffr. / 496 pages
ISBN : 2-84626-082-6
FORMAT : 13x20 cm
Imprimer

Il y a des auteurs à fresque, qui ne se révèlent que dans les séries en cinémascope : Pierre Bordage fait indéniablement partie de ceux là, et tous ceux qui se sont laissés porter par les errances de Wang en Occident, ou encore sur les ondes mentales des guerriers du silence, savent que la SF française dispose, avec P. Bordage, d’une plume inspirée, originale, dont les univers sont à la fois riches, amples et très cohérents. Avec Le Chemin de Damas, les lecteurs de L’Evangile du serpent et de L’Ange de l’abîme touchent au but et achèvent une trilogie ambitieuse.

Ce Chemin de Damas, toutefois, relève moins de la SF que de l’anticipation, se rapprochant de la série Wang. Comme dans le monde de Wang, l’Orient et l’Occident se sont quasiment séparés, après un conflit terrible évoqué dans les deux premiers tomes. Mais à la différence de Wang, c’est l’Occident qui, cette fois, a du mal à se relever de cette guerre, devenant une sorte de far west déshérité, où la pauvreté, le chômage et la violence prennent un tour endémique. Paris, bombardé, a du mal à se relever de ses ruines. Une société inégalitaire s’est mise en place, avec une «France d’en haut» qui vit cachée, sécurisée voire prisonnière, dans des résidences luxueuses, et une «France d’en bas» qui vit au jour le jour, au mieux avec un travail précaire, au pire dans une cave en attendant la fin… La capitale est jonchée de cadavres et de paumés : fallait pas dire «non» à l’Europe ! Riant futur.

Et c’est dans ce monde sympathique que Jemma, ex-jeune cadre dynamique, vient de perdre sa fille, Manon, disparue – comme des milliers d’enfants – sans traces d’effraction ni rançon. C’est aussi dans ce monde qu’Anne-Rose, vendeuse célibataire dévouée à la chirurgie esthétique, se fait un jour renvoyer de son travail ; dans ce monde que Bart, jeune paumé affilié à une secte terroriste, choisit un jour de ne pas se suicider dans le métro parisien... Ce ne sont là que quelques-uns des nombreux personnages perdus dans ce futur délabré, tenu par des milices religieuses fanatiques et un Etat en complète décadence, gangrené par la corruption. La solution aux enlèvements (si enlèvements il y a ?) se trouve peut être au loin, dans l’Orient des «Ousamas», où l’on parle d’une mystérieuse «armée des enfants» : encore faut-il pouvoir traverser une Europe devenue un vaste champ de ruines tenu par des gangs, franchir à l’aide de passeurs mafieux les frontières balkaniques et se risquer dans un Orient devenu synonyme d’ennemi implacable, après une guerre de 50 millions de victimes ! C’est pourtant durant ce voyage que Jemma, accompagnée d’un hypothétique journaliste investigateur, Luc, va tenter de comprendre la vraie nature du monde qui l’entoure. Mais l’Orient s’avère encore plus compliqué qu’avant. Un véritable «chemin de Damas» attend les deux héros…

Avec P. Bordage, l’on peut toujours s’attendre à du grand spectacle et une fois de plus le lecteur est servi : un monde en ruine, des personnages sans illusions, abandonnés à un avenir sans issue. Le roman se présente comme une galerie de destins broyés, reflet de cette Europe détruite et contrôlée par des religieux fanatiques. Ainsi, les lecteurs avancent peu à peu, au rythme des rencontres et des coups de théâtre, comprenant les rouages de l’histoire du monde. Si les amateurs remarqueront – avec déception sans doute – que l’auteur se laisse aller à un style relâché, peut être à l’image de cette Europe future, mais sans utilité réelle, ils retrouveront le souffle des épisodes précédents : une trilogie réussie, bien rythmée, où l’auteur fait montre une nouvelle fois de son talent de conteur et de rêveur : une alternative au monde de Wang. Un must pour les fans de Bordage.


Gilles Ferragu
( Mis en ligne le 10/06/2005 )
Imprimer

A lire également sur parutions.com:
  • L'Evangile du Serpent
       de Pierre Bordage
  •  
    SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

     
      Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2019
    Site réalisé en 2001 par Afiny
     
    livre dvd