L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Dimanche 27 septembre 2020
  
 
     
Le Livre
Littérature  ->  
Rentrée Littéraire 2020
Romans & Nouvelles
Récits
Biographies, Mémoires & Correspondances
Essais littéraires & histoire de la littérature
Policier & suspense
Classique
Fantastique & Science-fiction
Poésie & théâtre
Poches
Littérature Américaine
Divers
Entretiens

Notre équipe
Essais & documents
Philosophie
Histoire & Sciences sociales
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Littérature  ->  Policier & suspense  
 

So british
John Le Carré   Retour de service
Seuil - Cadre vert 2020 /  22 € - 144.1 ffr. / 304 pages
ISBN : 978-2-02-143319-7
FORMAT : 14,9 cm × 22,1 cm

Isabelle Perrin (Traducteur)
Imprimer

Depuis un demi-siècle, John Le Carré enchante ses lecteurs avec ses histoires compliquées d’espions et de taupes aguerries. On pouvait craindre que, les cartes étant rebattues depuis la fin de la Guerre froide, et dans le contexte d'un nouveau déséquilibre mondial, l’auteur de 88 ans se désintéressât d’une situation aussi complexe qu’auparavant mais aussi plus convenue aujourd'hui. John Le Carré, égal à lui-même, livre une histoire aussi alambiquée que les précédentes avec la mission, pour le lecteur, de dénouer l’intrigue.

Nathanaël, dit Nat, a 47 ans. Cet Anglais au charme typique est né à Neuilly d’un père écossais agent à l’Otan et d’une mère descendante de Russes blancs. C'est un agent de terrain du MI6, le célèbre service des renseignements britanniques. Rentré à Londres après une longue mission à Moscou, après 25 ans de Bureau, il espère un job plus tranquille, auprès de son épouse Prue, avocate des plus fiables et soutien indéfectible de Nat. Elle était autrefois agent elle-même.

On confie à Nat une dernière mission a priori plus calme : diriger le Refuge, sous-station du Département Russie où végètent préretraités de l’espionnage et anciens transfuges du KGB. Seule une jeune fille de bonne famille, par ailleurs très brillante, détonne, collée aux basques d’un oligarque ukrainien. Mais que serait un roman d’espionnage sans le grain de sable qui vient tout perturber ? Il s’appelle Ed Shannon, c'est un adolescent attardé de 25 ans, dégingandé, déstabilisant, qui traduit les idées de l’auteur : anti-Trump, anti-Brexit, anti-Boris Johnson - un garçon «à l’ignorance crasse». Les partis politiques sont ses bêtes noires. Il accable les multinationales du médicament (voir, dans un autre genre, La Constance du jardinier, roman édifiant sur le sort des Africains qu’on utilise comme cobayes et qu’on fournit en médicaments périmés... qui les tuent).

Ed demande à Nat de jouer tous les lundis au badminton, sport dans lequel ils excellent tous les deux (ce qui permet à l’auteur de jouer sur le double-sens du titre, «Retour de Service»). De leurs échanges naît une amitié sincère et bien partagée. Mais le piège se précise avec les agents dormants, les taupes réveillées, et se referme dans un enchaînement de péripéties menant à un complot géopolitique de grande ampleur.

Le scénario est brodé comme de la dentelle, construit en poupées russes, vers une fin très inattendue. Le narrateur crée un lien étroit avec son lecteur maintenu en haleine jusqu’au dernier mot. Chez John Le Carré, les services secrets sont malmenés, leurs défauts sont mis à nu, ils tombent de leur piédestal, rongés par les rivalités entre bureaux et les jalousies entre agents. L’auteur n’a rien perdu de son humour, très anglais, ni de son ironie. On ressent un certain désenchantement depuis le Brexit. C’est une leçon de géopolitique avec bien sûr, toujours, ce tango tactique entre Russes et Anglais.

«Le KGB n’est plus, tant mieux. Un nouveau service d’espionnage idéaliste protègera tout le peuple russe et pas seulement les oligarques. Il faudra Vladimir Poutine pour asséner l’ultime désenchantement en écrasant d’abord les velléités d’indépendance de la Tchétchénie, puis en agressant la Géorgie. Poutine, ex-espion de cinquième ordre, devenu autocrate, analyse tout en terme de konspiratsia. Grâce à lui et son gang de Staliniens non repentis, la Russie n’avance pas vers un avenir radieux, elle repart en arrière vers son passé sombre et délirant».


Eliane Mazerm
( Mis en ligne le 17/07/2020 )
Imprimer
 
SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

 
  Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2020
Site réalisé en 2001 par Afiny
 
livre dvd