L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Samedi 24 octobre 2020
  
 
     
Le Livre
Littérature  ->  
Rentrée Littéraire 2020
Romans & Nouvelles
Récits
Biographies, Mémoires & Correspondances
Essais littéraires & histoire de la littérature
Policier & suspense
Classique
Fantastique & Science-fiction
Poésie & théâtre
Poches
Littérature Américaine
Divers
Entretiens

Notre équipe
Essais & documents
Philosophie
Histoire & Sciences sociales
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Littérature  ->  Policier & suspense  
 

Un maître du polar ethnologico-historique
Robert Van Gulik   Les Débuts du juge Ti
La Découverte - Pulp fictions 2004 /  21 € - 137.55 ffr. / 676 pages
ISBN : 2-7071-4270-0
FORMAT : 13x20 cm
Imprimer

Jean-Claude Zylberstein fonde aux éditions de La Découverte une nouvelle collection destinée à accueillir les grands auteurs étrangers de littérature populaire. Le nom de la collection, "pulp fictions", rappelle les conditions d'édition de ces textes à leur origine : en général considérés comme des textes de seconde zone (romans policiers, littérature de science-fiction), ils ne trouvaient de place que dans des magazines populaires et étaient imprimés sur du papier journal ("pulp"). C'est cette littérature méprisée et pourtant essentielle, que l’éditeur nous propose de (re)découvrir : après Philip José Farmer (La Saga des hommes dieux, mars 2004), viendront Simenon, Chandler, etc…

Ainsi des quatre volumes de Robert van Gulik, dont le premier vient de paraître ; l'ouvrage est agréable de présentation (papier bible, illustrations de l'auteur, dans le style de la peinture chinoise). L'ensemble est précédé d'une courte introduction de Jean-Claude Zylberstein et d'un avant-propos rassemblant plusieurs préfaces de van Gulik. L'occasion est ainsi donnée au lecteur français de mieux connaître cet étonnant personnage, dont le monde anglo-saxon est familier (quelques sites internet lui sont consacrés).

Hollandais, Robert van Gulik est né en 1910. Son père, médecin de l'armée royale des Indes, est alors en poste à Java où van Gulik passera donc ses premières années. Polyglotte dès l'enfance (hollandais, malais, javanais), il découvre très jeune la Chine. La passion qu'il éprouve immédiatement pour ce pays et sa civilisation ne le quittera jamais. Au cours d'études classiques suivies aux Pays-Bas, il ajoute à sa connaissance des langues le latin, le grec, le russe et le sanscrit tandis qu'il perfectionne son chinois (cantonais et mandarin) et lui consacre plusieurs études érudites qui seront publiées. À l'université de Leyde où il suit des cours de droit colonial oriental et de civilisation extrême-orientale, il apprend la calligraphie chinoise, et, toute sa vie, demeurera un excellent connaisseur de l'art chinois. Après un doctorat de philosophie à l'université d'Utrecht (sur les aspects mantriques du culte du cheval en Chine et au Japon) et l'apprentissage du tibétain, il entre dans la carrière diplomatique avec un premier poste à l'ambassade des Pays Bas à Tokyo. C'est le début d'une belle carrière (Inde, Chine, Egypte, Liban Malaisie, Japon, Corée…).

Robert van Gulik est un personnage étonnant : d’un autre siècle par son érudition et son cosmopolitisme ; d'un autre continent par sa passion pour l'Asie en général et la Chine en particulier (son épouse est d'ailleurs une chinoise, fille de mandarin). On peut certes prendre un grand plaisir à lecture des aventures du juge Ti en ignorant tout de son auteur… Mais, en l'occurrence, sa vie mérite d'être retracée !

Lorsqu'en 1948, Van Gulik écrit la première aventure du juge Ti, ce n'est pas la première fois qu'il s'essaie au genre du roman policier chinois. Il avait déjà écrit en 1930 Le Squelette sous cloche et Le Mystère du labyrinthe. Ses romans sont loin de n’être que pure imagination. L’auteur applique son érudition et sa connaissance des sources chinoises à l'art du roman policier ; en outre, le personnage de Ti lui-même a réellement existé. C'est un magistrat du VIIe siècle (630-700), sur lequel existe une abondante documentation. Van Gulik, à partir de ces faits, recrée un entourage (le sergent Hong, Tsiao Taï, Ma Jong, Tao Gan), donne une épouse à Ti, construit des intrigues et les résout dans un cadre décrit avec précision et minutie. Suivre le juge Ti c'est découvrir la Chine des T'ang, sa civilisation et la vie quotidienne des différents milieux.

Ce premier volume comporte les premiers textes des aventures du juge Ti : trois romans (Trafic d'or sous les T'ang, Le Paravent de laque et Meurtre sur un bateau de fleurs) et trois nouvelles (Cinq nuages de félicité, Une affaire de ruban rouge, Le Passager de la pluie). Chaque texte est précédé de la liste des personnages.

Roman policier historique, Les Débuts du Juge Ti s'inscrit dans la loi de ces deux genres : instruire par la description d'une société à une époque donnée, le divertir par le récit et lui proposer une énigme jusqu'à son dénouement. Le lecteur choisira son aventure préférée, assuré à chaque fois d'un double dépaysement dans le temps et dans l'espace d'une civilisation radicalement différente. Au fur et à mesure de l'écriture, van Gulik fait évoluer ses personnages ; ils vieillissent, modifient leurs points de vue sur la vie et le monde, les intrigues se diversifient. On pénètre à sa suite dans un univers déconcertant : celui de la Chine médiévale, qui peut être aussi une introduction à un autre univers tout aussi déconcertant : celui de la Chine contemporaine (pour lequel on suggérera fortement la lecture des œuvres de Simon Leys, rééditées chez Gallimard, collection Quarto).

Voilà donc un plaisir de lecture retrouvé pour les amateurs de van Gulik (qui possédaient sans doute son œuvre, mais incomplète, dans la collection 10/18), et une découverte heureuse pour ceux qui ignoraient son existence. On espère ainsi que cette nouvelle collection gagnera son pari. Par ailleurs, aux lecteurs qui découvriraient à cette occasion le genre du "polar ethnologico-historique", suggérons d'autres auteurs tel Arthur Upfiel (dont le très récent Le Prophète du temps, 10/18, avril 2004), ou Ellis Peters (Angleterre médiévale), qui avaient composé le catalogue de la collection grands détectives chez Christian Bourgois il y une vingtaine d'années. Le genre est mineur, sans aucun doute, mais ne manque pas d'intérêt.


Marie-Paule Caire
( Mis en ligne le 14/04/2004 )
Imprimer
 
SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

 
  Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2020
Site réalisé en 2001 par Afiny
 
livre dvd