L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Vendredi 28 février 2020
  
 
     
Le Livre
Littérature  ->  
Rentrée Littéraire 2019
Romans & Nouvelles
Récits
Biographies, Mémoires & Correspondances
Essais littéraires & histoire de la littérature
Policier & suspense
Classique
Fantastique & Science-fiction
Poésie & théâtre
Poches
Littérature Américaine
Divers
Entretiens

Notre équipe
Essais & documents
Philosophie
Histoire & Sciences sociales
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Littérature  ->  Policier & suspense  
 

Nocturne indien
Kirk Mitchell   Femme qui tombe du ciel
Le Rocher - Thriller 2005 /  20.90 € - 136.9 ffr. / 416 pages
ISBN : 2-268-05508-6
FORMAT : 15,5cm x 24,0cm
Imprimer

La littérature policière américaine avait jusqu'à peu son metteur en scène vedette de la communauté indigène en la personne de Tony Hillerman. Ex-policier aux affaires indiennes, Kirk Mitchell lui a emboîté le pas. Il est entré dans la danse et suit avec talent les traces de son illustre aîné. Optant pour l'efficacité d'un procédé maintes fois éprouvé, il met en scène le bon vieux tandem de flics complémentaires : une femme, Anna Turnipseed (littéralement Graine de Navet), agente Modoc du FBI ; et un homme, Emmet Parker, enquêteur Comanche du Bureau des Affaires Indiennes.

Femme qui tombe du ciel est la quatrième affaire confiée au duo. Une affaire pas banale, qui les conduit dans les froidures hivernales de l'état de New York et donne son titre au roman. Le corps totalement disloqué d'une indienne Oneida, Brenda Two-Kettles, est retrouvé au milieu d'un champ suite à une chute… de plusieurs kilomètres. Comme si elle était tombée - comme si on l'avait poussée? - depuis l'avion de ligne qui l'emmenait ce soir-là de Syracuse à New York. Comme si on avait voulu mettre en scène sa mort en rejouant un mythe fondateur de la grande nation indienne. Sauf qu'une femme qu'on balance depuis la carlingue d'un avion de ligne en plein vol, ça ne devrait pas passer inaperçu et qu'en l'occurrence, il n'y aucun témoin de la scène.

Qui a tué et pourquoi ? Et d'ailleurs, comment ? Les ressorts de base du polar sont inusables et ils marchent même très bien pour peu qu'on les fasse jouer intelligemment. Sur fond de règlement politique des questions indiennes et de tensions raciales, au milieu des intérêts contradictoires et des enjeux de pouvoir, l'enquête progresse à tâtons. C'est là que réside le grand mérite de l'auteur : l'intrigue policière se déploie sans précipitation dans un quotidien complexe, pour donner au livre toute sa profondeur psychologique et sociale. Bien loin du feuilleton télé haletant à la mode 24 Heures Chrono, cette approche en plan large, au lieu de rebuter le lecteur, contribue au contraire à maintenir son attention en l'immergeant pleinement dans le récit. Une autre façon, noble, de susciter son intérêt, en laissant son imagination travailler plutôt qu'en lui imposant une vision des choses par des artifices de montage. D'autant que Kirk Mitchell sait faire partager les sensations éprouvées par les protagonistes de l'affaire : le froid, l'obscurité, le bruit. La douleur. Et qu'il peint avec sensibilité les désarrois des uns et des autres, leurs incertitudes, leurs solitudes. Leur violence aussi. Bien sûr - et heureusement - il y a des rebondissements, des scènes d'action, des découvertes et des révélations inattendues, comme dans tout bon polar qui se respecte. Mais on apprécie que rien n'arrive par miracle, que les enquêteurs piétinent, que les morceaux de piste ne collent pas vraiment entre eux. Jusqu'à un final captivant, où se rejoignent le mythe et le rationnel.

Les personnages créés par l'auteur contribuent à la réussite de l'ensemble. Anna, profondément ancrée dans ses racines indiennes, est autant femme que flic. Elle se fie à ses rêves, souffre, compatit. Emmett paraît plus terre-à-terre, plus fort et déterminé, mais il n'est pas moins tourmenté voire fragile. Chacun semble incarner des facettes différentes de la réalité indienne aux Etats-Unis. Tous deux ont l'épaisseur des meilleurs personnages de roman policier : un passé lourd à porter, des racines profondes et des sentiments contradictoires qui peinent à s'exprimer.

Leur enquête hivernale dans le nord-est des Etats-Unis est l'occasion d'un grand et bon roman policier pour attendre le printemps de ce côté-ci de l'Atlantique.


François Gandon
( Mis en ligne le 30/01/2006 )
Imprimer
 
SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

 
  Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2020
Site réalisé en 2001 par Afiny
 
livre dvd