L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Samedi 14 décembre 2019
  
 
     
Le Livre
Littérature  ->  
Rentrée Littéraire 2019
Romans & Nouvelles
Récits
Biographies, Mémoires & Correspondances
Essais littéraires & histoire de la littérature
Policier & suspense
Classique
Fantastique & Science-fiction
Poésie & théâtre
Poches
Littérature Américaine
Divers
Entretiens

Notre équipe
Essais & documents
Philosophie
Histoire & Sciences sociales
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Littérature  ->    
 

Péché originel et dépression post-partum
Pascal Morin   Les Amants américains
Rouergue - La Brune 2005 /  9 € - 58.95 ffr. / 124 pages
ISBN : 2-84156-687-0
FORMAT : 12x17 cm
Imprimer

Taine disait aimer trop ses enfants pour leur donner la vie... Les Amants américains, nouveau roman de Pascal Morin, dirait l'inverse : celle que le narrateur appelle Sourde, sa mère en fait, enceinte sans désir, trop jeune et si peu mère, n'aima pas son enfant à venir mais lui donna malgré tout, malgré elle, la vie...

Condamné à vivre, le narrateur revient sur la gestation et se substitue par la magie noire des mots au foetus qu'il fut alors, pour dire son dégoût d'être, son mal d'avoir été, dès la conception même, ni plus ni moins qu'un orphelin : «moi qui me développe comme une espèce de parasite, comme un chancre, moi qui t'enlève le pain de la bouche. Tu te sens lasse» (p.49), écrit-il. Et les 120 pages de ce court récit sont ce long cri d'existence, comme l'interminable vagissement d'un enfant né-mort et non mort-né. «Moi non plus, je n'en peux plus. Mes ongles ne sont pas encore assez solides, j'essaie quand même d'attaquer les parois tapissées de veines bleues qui se dressent autour de moi et de me noyer dans ton sang. Je veux sortir d'ici. [...] Expulse moi. Sans avoir assez de force dans les bras j'essaie d'étrangler le cordon qui me rattache à toi. Rien n'y fait. Mes pleurs sont invisibles dans le liquide où je flotte.» (p.111)

Élevé par son oncle, il pense retrouver sa mère et lui extirper une preuve d'affection, enfin sa raison d'exister... Sur le chemin, il est ce bout de chair croissant dans l'indifférence, hâté par la force des choses, la pugnacité de la vie qui résiste à toute annihilation. Notre narrateur est pris entre le poids de l'être et le désir d'un néant...

D'où un texte noir, dur, un règlement de compte littéraire dont le lecteur supporte avec la mère et l'enfant les coups portés, les lames qui rentrent, les cris poussés. La dépression post-partum, c'est lui qui la porte, des années et des années après la naissance... Difficilement supportable, le livre se lira jusqu'au bout, mais non sans un certain masochisme...


Bruno Portesi
( Mis en ligne le 26/09/2005 )
Imprimer
 
SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

 
  Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2019
Site réalisé en 2001 par Afiny
 
livre dvd