L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Dimanche 18 août 2019
  
 
     
Le Livre
Littérature  ->  
Romans & Nouvelles
Récits
Biographies, Mémoires & Correspondances
Essais littéraires & histoire de la littérature
Policier & suspense
Fantastique & Science-fiction
Classique
Poésie & théâtre
Poches
Littérature Américaine
Divers
Entretiens

Notre équipe
Essais & documents
Philosophie
Histoire & Sciences sociales
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Littérature  ->    
 

Le refuge
Marie-Claire Blais   Aux Jardins des Acacias
Seuil - Cadre rouge 2014 /  18,50 € - 121.18 ffr. / 275 pages
ISBN : 978-2-02-116642-2
FORMAT : 20,5 cm × 14,0 cm
Imprimer

Le jardin des acacias est un refuge médicalisé destiné aux malades du SIDA, soignés par le docteur Dieudonné. Il regroupe toutes sortes de gens, adultes, enfants, arrivés là par accident ou par fatalité, tous ayant été écartés de leur environnement, scolaire, familial ou professionnel. Ce sont des laissés pour compte de la maladie, avec un passé lourd d’exclusion, de transsexualité, de viol, de prostitution, d’abandon, de maltraitance, de crime. Ils ont eu à un moment un vécu riche de compositeur, de comédien, de religieux, de peintre, d’écrivain, que la maladie a interrompu. Réunis dans ce centre, ils évoquent leurs passés, leurs erreurs, leurs espoirs, et leurs déchéances vers un ultime et commun destin.

Chacun raconte sa vie, ou des moments de sa vie, mélangés à des moments de la vie des autres, le côtoiement étant la norme au jardin des acacias. Les souvenirs se partagent, se comprennent, se regrettent, essaient de s’expliquer. L’espoir est loin, inexistant ; point de salut ni de rédemption. Mais ils veulent y croire et rêvent d’un départ, ensemble, s’épaulant, pour rebondir et vivre enfin sainement.

L’écriture malgré tout optimiste, douce et naïve parfois de Marie-Claire Blais rappelle une partie de celle de Belle du Seigneur, à cette différence près que l’absence de ponctuation court sur 220 pages. Nous passons des réflexions de Petites Cendres à celles de tous les autres protagonistes, tout est entremêlé, tout est, peu à peu, expliqué, tout est désespéré et sans avenir, hormis un rêve de vie normale, sans péché, improbable.

Il faut entrer dans ce style de littérature, ce qui n’est pas forcément simple, et le considérer comme une forme de poème, une ode aux existences ravagées, et qui en ont trop tard pris conscience.


Dany Venayre
( Mis en ligne le 27/08/2014 )
Imprimer
 
SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

 
  Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2019
Site réalisé en 2001 par Afiny
 
livre dvd