L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Mardi 4 août 2020
  
 
     
Le Livre
Littérature  ->  
Rentrée Littéraire 2019
Romans & Nouvelles
Récits
Biographies, Mémoires & Correspondances
Essais littéraires & histoire de la littérature
Policier & suspense
Classique
Fantastique & Science-fiction
Poésie & théâtre
Poches
Littérature Américaine
Divers
Entretiens

Notre équipe
Essais & documents
Philosophie
Histoire & Sciences sociales
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Littérature  ->    
 

Alambiqué
Philippe Bordas   Chant furieux
Gallimard - Blanche 2014 /  22,90 € - 150 ffr. / 496 pages
ISBN : 978-2-07-014555-3
FORMAT : 14,2 cm × 20,5 cm
Imprimer

La quatrième de couverture promet un livre sur Zinédine Zidane, son histoire racontée par un journaliste photographe, Mémos, qui a été mandaté par un publicitaire pour suivre le champion pendant trois mois et faire des clichés inédits, en tant que «spécialiste de l’obscur». Il est bien sûr question de ce sportif, mais le sujet est surtout prétexte à disserter sur les banlieues, entre autres...

Mémos est un métis, il commente son épopée de trois mois à un ami aveugle, noir, Wakami, englobant dans son récit leurs autres amis communs, Finioule, Mouss et Sidibé, d’origine étrangère également, issus comme eux des «quartiers défavorisés». Le quart du livre concerne le football et le reste est une immense dérive verbale à la gloire de ces jeunes, marginalisés, décalés, à leur vie «d’avant» ; à l’époque où l’argot des rues, le verlan, régnait en maître ; à l’époque du «possible» de leur futur ; à l’époque où le foot était pour eux. Il faut du temps pour comprendre que le fond du sujet est celui-là ; en est-ce bien le fond d’ailleurs, et y-a-t-il bien un fond ?

Car la forme noie le tout dans une logorrhée impressionnante. Les sujets choisis ont pour point commun un rejet de la vie actuelle, un dégoût de la mondialisation, de l’argent et du «business», un décalage par rapport à l’évolution de la société, un désespoir du langage vrai, réunis dans le presqu’oxymore du titre. Tout est âcreté, noirceur, anathème, incompréhension de ce qu’est devenue leur vie, l’ensemble étant soutenu par un style atypique, mélangeant le verlan, l’ancien français façon Villon, les envolées insolites à la Frédéric Dard, le galimatias historico-français, et surtout un alignement, un gargarisme de mots rares, voire inusités, ainsi que de tournures de phrases alambiquées à la limite de la syntaxe autorisée : «La cité des sports n’abrite que portiques cliniques et nuls vestibules qui suçonnent les visiteurs comme alevins de pièces vides plus-que-vides en quadrilatères de récente peinture enchâssés de cubes médians ouverts de cubes seconds et tiers impossibles à compter ; qui nous attirent de buses en huis par le travers de vantaux à oculus et de pertuis de verre agis de vigiles ; qui nous étirent des zones lacunaires de fraîche laque vers les portes monumentales et les infimes trouées policées de colosses et là nous liquéfient, en ces bassins de nuit, là nous fluidifient par blagues et rires, et sommes fretin au barrage, retenus à ces porches initiatiques sans autels ni encens, contenus à l’écluse et libérés selon le gré machinal des badges, l’orphique frottis»…

Aussi, lorsqu’arrivent les descriptions du dernier match de Zidane, en présence de ses parents et de sa famille, on est stupéfait de lire des phrases normales, amicales, pleines de respect pour ces parents si dignes et pleines d’empathie pour ce «fils kabyle (qui) avait redonné couronne à une nation morte — un pays privé de victoire depuis le retour des hallucinés d’Argonne et de Verdun»…


Dany Venayre
( Mis en ligne le 29/08/2014 )
Imprimer
 
SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

 
  Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2020
Site réalisé en 2001 par Afiny
 
livre dvd