L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Samedi 27 février 2021
  
 
     
Le Livre
Littérature  ->  
Rentrée Littéraire 2020
Romans & Nouvelles
Récits
Biographies, Mémoires & Correspondances
Essais littéraires & histoire de la littérature
Policier & suspense
Classique
Fantastique & Science-fiction
Poésie & théâtre
Poches
Littérature Américaine
Divers
Entretiens

Notre équipe
Essais & documents
Philosophie
Histoire & Sciences sociales
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Littérature  ->    
 

Jouer
Julie Gouazé   Louise
Léo Scheer 2014 /  18 € - 117.9 ffr. / 158 pages
ISBN : 978-2-7561-0451-5
FORMAT : 12,5 cm × 19,0 cm
Imprimer

Bien que le roman débute sur l’alcoolisme de la sœur de Louise, Alice, et que cet alcoolisme soit le point de départ de sa réflexion, cette addiction n’est pas la base du livre. Alice boit parce que sa vie ne va plus, et qu’elle n’a pas été armée pour y faire face. Louise n’est armée pour rien, elle aussi, trop aimée, trop engluée dans des habitudes, trop protégée : «la culpabilité est une faille qui ne se comble jamais».

Son amour pour sa sœur est grand, elle souffre pour elle, et ce faux-pas la poussera à s’envoler, à faire la différence entre le «dedans» et le «dehors». Elle se brûlera parfois les ailes, ruera dans les brancards, changera d’avis, mais essaiera coûte que coûte de sortir de cette enfance déchirée entre le moment post-soixante-huit et les restes de l’éducation à l’ancienne des parents.

Tout ceci pourrait être navrant, rabâché, mille fois lu. Mais le style est à la hauteur de la prise de risque. On sent une volonté d’imprimer «quelque chose» ; c’est parfois agaçant, surtout au début, toutes ces phrases minimalistes fortement inspirées par Duras, en plus raccourci encore. Puis le talent, certain mais encore maladroit, de Julie Gouazé, tout en conservant ce minimalisme, réussit à imposer un rythme, une inquiétude, une progression dans le raisonnement. Le roman n’est pas gai, il est cependant intéressant par sa sincérité. On est pris par ce mini-thriller, d’autant que l’auteur insère, presque de façon subliminale, des remarques justes sur sa vie, sur la vie, remarques jamais humoristiques mais toujours douces-amères : «Jouer. J comme joie. O comme obligé. U comme usurpé. E comme enfance. R comme regrets». Et plus tard : «Jouer. J comme jachère. O comme oubli. U comme urgences. E comme échec. R comme raccrocher». Selon qu'elle parle de Noël... ou de l’AVC du père.


Dany Venayre
( Mis en ligne le 19/09/2014 )
Imprimer
 
SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

 
  Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2021
Site réalisé en 2001 par Afiny
 
livre dvd