L'actualité du livre Mercredi 22 mai 2024
  
 
     
Le Livre
Littérature  ->  
Rentrée Littéraire 2021
Romans & Nouvelles
Récits
Biographies, Mémoires & Correspondances
Essais littéraires & histoire de la littérature
Policier & suspense
Classique
Fantastique & Science-fiction
Poésie & théâtre
Poches
Littérature Américaine
Divers
Entretiens

Notre équipe
Essais & documents
Philosophie
Histoire & Sciences sociales
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Littérature  ->    
 

Le miroir des autres
Jessica L. Nelson   Tandis que je me dénude
Belfond 2015 /  17 € - 111.35 ffr. / 240 pages
ISBN : 978-2-7144-6025-7
FORMAT : 13,5 cm × 19,1 cm
Imprimer

Angie Rivière, la narratrice, est un jeune professeur de lettres de vingt-cinq ans, au lycée Perrault à Paris. Elle publie son premier roman, Bébés de brume, largement autobiographique. Son récit dénonce la cruauté de l’adolescence par le biais de ses problèmes personnels, ses drames : sa tentative ratée de suicide à quinze ans, l’inceste traumatisant d’une amie avec son frère, devant ses yeux. Elle met sa vie dans son roman, surtout ces événements douloureux qu’elle ressasse en permanence. Elle est aussi persécutée par une blogueuse anonyme, «le Homard»... «Isa, quinze ans, en rébellion contre l’univers entier, développe une relation par mail avec un mystérieux correspondant. Le monde virtuel va la happer, le temps d’une nuit, jusqu’à la folie» (p.65).

Angie est invitée dans une émission de télé pour parler de son livre, aux côtés d'un député aux dents longues, d'un acteur vieillissant, d'un geek... Un talk-show rondement mené par un présentateur cocaïnomane et un chroniqueur gay. Au fil des minutes, son angoisse, «l’ombre», la tiraille, la déstabilise, au lieu de la mettre en valeur ; elle transpire, morte de honte vis-à-vis de son éditrice et de son attachée de presse, présentes dans les coulisses.

Ce roman est la satire d’une époque qui se détraque par les moyens désormais illimités de l’information et de la communication. Dans cette émission, Angie voit son âme mise à nu par le biais de son roman, et ce qu’elle ressent l’horrifie. «Là, je te parle d’image, celle de soi, structurée ou déstructurée par le regard de l’autre» (p.133).

C’est un roman choral à la construction particulière réussie : à chaque chapitre, l’auteur donne la parole à l'un des personnages (l’acteur, le député, le chroniqueur…) avec, toujours par la suite, un retour sur le plateau télé avec Angie, la narratrice. On découvre peu à peu son histoire qui recoupe les différents points de vue et les pensées intimes des invités de l'émission.

C’est une critique acerbe et brillante des médias, des réseaux sociaux et du culte de l’apparence. On a l’impression que ce récit est largement inspiré du vécu de l’auteur, un retour sur la sortie de son premier roman, peinture d’une jeune femme confrontée au voyeurisme actuel de notre société et à sa propre vulnérabilité face au regard des autres.

Jessica L. Nelson connaît bien les rouages de la télévision puisque elle été chroniqueuse, notamment pour l’émission de Michel Field, ''Vol de nuit''. Elle nous livre une peinture décapante et pertinente d'une société surmédiatisée, où promouvoir la culture n’a jamais été aussi difficile.


Eliane Mazerm
( Mis en ligne le 16/11/2015 )
Imprimer
 
SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

 
  Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2024
Site réalisé en 2001 par Afiny
 
livre dvd