L'actualité du livre Mardi 18 juin 2024
  
 
     
Le Livre
Littérature  ->  
Rentrée Littéraire 2021
Romans & Nouvelles
Récits
Biographies, Mémoires & Correspondances
Essais littéraires & histoire de la littérature
Policier & suspense
Classique
Fantastique & Science-fiction
Poésie & théâtre
Poches
Littérature Américaine
Divers
Entretiens

Notre équipe
Essais & documents
Philosophie
Histoire & Sciences sociales
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Littérature  ->    
 

Noirs éblouissements
Hubert Haddad   Les Coïncidences exagérées
Mercure de France - Traits et Portraits 2016 /  19 € - 124.45 ffr. / 192 pages
ISBN : 978-2-7152-4406-1
FORMAT : 14,0 cm × 20,5 cm
Imprimer

Né en 1947 à Tunis et venu à l’âge de trois ans avec sa famille à Paris (voir Le Camp du bandit mauresque, Fayard, 2005), Hubert Haddad est écrivain, romancier, nouvelliste, poète, historien d’art, dramaturge peintre… L’essentiel de son oeuvre est édité aux éditions Zulma, mais c’est au Mercure de France, dans la très belle collection ''Traits et portraits'', qu’il publie ces Coïncidences exagérées, autoportrait, confidences sur son goût pour les coïncidences ou plutôt son talent exacerbé pour les repérer là où les autres demeurent insensibles. Ces coïncidences, autant de signes mystérieux pour qui sait les voir et éventuellement les interpréter. «Écrire, c’est trouver des habits à la vérité qui soient le plus près de sa vérité», constate–t-il, belle définition d’un autoportrait et de ses limites.

Par touches subtiles, naviguant entre les souvenirs, solaires ou noirs, entre les époques, entre les frontières fragiles qui bornent le réel, Hubert Haddad se raconte, indique des fragments de sa vie, de ses amitiés, glisse des images, photographies, tableaux, dessins, de lui ou des autres. La mort est présente à toutes les pages : mort que lui a évitée le 17 septembre 1970 un de ses amis, le poète Élie Delamarre-Deboutteville, en entrant par surprise dans son petit appartement de la rue Pastourelle et en le convaincant de ne pas sauter par la fenêtre à vingt-trois ans ans ; mort de la belle Chantal qui hante ces pages avec ses vingt ans radieux, elle qui disparaitra presque quarante ans plus tard des séquelles d’une rupture d’anévrisme, mais pour les lecteurs d’aujourd’hui reste cette figure solaire ; mort de ses deux frères, l’un, Michaël, d’un horrible suicide, le second, René, à l’hôpital le 13 novembre 2015 – mort qui rejoint alors celles des victimes des attentats parisiens le même jour, coïncidence tragique.

Ces morts qui accompagnent Hubert Haddad portent certes leur part de douleur et de peine, mais ils ne sont pas tristes pour autant, étroitement liés à sa vie, comme sa mère à qui il rend un tendre hommage tardif. La mort, il l’a vue de trop près ce 17 septembre pour ne pas depuis regarder la vie autrement, avec une intensité renouvelée à chaque instant.

Une très belle écriture, chaque page se savoure, un texte fragmenté en mille éclats. La quatrième de couverture cite la première phrase : «J’avais en ce temps là de noirs éblouissements (…)». Terminons sur la dernière phrase, conclusion ouverte sur d’autres horizons : «La réalité, incessamment, doit être revisitée. Tout, à chaque instant, est à réinventer - serait-ce disparaître au temps calme».


Marie-Paule Caire
( Mis en ligne le 23/12/2016 )
Imprimer

A lire également sur parutions.com:
  • Le Camp du bandit mauresque
       de Hubert Haddad
  • Palestine
       de Hubert Haddad
  • Corps désirable
       de Hubert Haddad
  •  
    SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

     
      Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2024
    Site réalisé en 2001 par Afiny
     
    livre dvd