L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Mardi 17 septembre 2019
  
 
     
Le Livre
Beaux arts / Beaux livres  ->  
Peinture & Sculpture
Arts graphiques
Architecture & Design
Photographie
Histoire de l'art
Manuels & guides
Beaux livres & Catalogues

Notre équipe
Littérature
Essais & documents
Philosophie
Histoire & Sciences sociales
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Beaux arts / Beaux livres  ->    
 

Toulouse-Lautrec : «l'affiche, c'est moi»
Bertrand Lorquin   Toulouse-Lautrec, l’art de l’affiche
Gallimard - Découvertes 2001 /  7,50 € - 49.13 ffr. / 40 pages
ISBN : 2-0707-6478-8
FORMAT : 12,5 x 17 cm
Imprimer

En feuilletant ce hors-série Découvertes Gallimard, on ne peut
s’empêcher de penser à Pierre Marchand, le sorcier de l’édition
récemment décédé. Il est à l’origine, avec des partenaires italiens, de ce
format original, où certaines pages non massicotées, en se déployant,
multiplient par quatre la taille de la page utile. Ou comment passer, par
un tour de passe-passe, du médiocre in-seize de nos livres de poche à
un in-quarto agréable aux yeux fatigués par la lecture sur ordinateur. Et
surtout plus convenable pour déchiffrer la graphie de l’artiste pied-bot…

Complément de l’exposition au musée Maillol, l’ouvrage est dû à son
conservateur, Bertrand Lorquin. Il montre combien Toulouse-Lautrec
savait émettre ce que les hommes politiques recherchent
désespérément : des symboles forts. Avec ses magnifiques noirs, ses
vides savants, ses courbes qui préludent à l’Art nouveau – voir le dossier
du siège de Jane Avril dans le Divan japonais - ses angles originaux – le
bel Aristide vu de dos – produisent sans coup férir une série d’icônes. Un
siècle plus tard, elles se vendent encore comme des petits pains sur les
Grands Boulevards et leur succès n’est pas près de s’éteindre.

Toulouse-Lautrec entre dans l’affiche en 1891 avec son Moulin-Rouge et
en sort en 1899 avec une commande de Jane Avril. En cette petite
décennie, il travaille essentiellement pour le monde des spectacles et
pour l’édition, avec les couvertures de la «Revue blanche» ou celle des
mémoires de l’abbé Faure, Au pied de l’échafaud. Mais aussi pour
l’industrie des loisirs : sur l’affiche de la chaîne Simpson, Mac Orlan voit
dans les cyclistes autant de «scarabées rutilants». Si Toulouse-Lautrec
n’était pas mort aussi jeune, en 1901, que n’aurait-il pas fait ? La
question est oiseuse : en peu d’années, l’Albigeois a installé un style
indélébile, qui est devenu le symbole du «gai Paris» à travers le monde.


Rafael Pic  Sélectionné par ArtAujourdhui.com
( Mis en ligne le 12/04/2002 )
Imprimer
 
SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

 
  Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2019
Site réalisé en 2001 par Afiny
 
livre dvd