L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Mercredi 3 juin 2020
  
 
     
Le Livre
Beaux arts / Beaux livres  ->  
Peinture & Sculpture
Arts graphiques
Architecture & Design
Photographie
Histoire de l'art
Manuels & guides
Beaux livres & Catalogues

Notre équipe
Littérature
Essais & documents
Philosophie
Histoire & Sciences sociales
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Beaux arts / Beaux livres  ->    
 

Nan Goldin, photos de famille
Nan Goldin   La ballade de la dépendance sexuelle
Aperture 2001 /  / 148 pages
ISBN : 0-89381-986-7
Imprimer

Née en 1953, Nan Goldin passe son enfance à Boston, période marquée par le suicide de sa sœur aînée. Elle s’enfuit du foyer familial à 14 ans et aborde la photographie vers l’âge de 18 ans. A New York, elle fréquente le milieu underground et y trouve sa deuxième famille. La Ballade de la dépendance sexuelle est une chronique, un journal intime en images, couvrant dix années de sa vie, de 1976 à 1986, passées entre New-York, Berlin, Londres et Boston. La ballade, ici, n'est pas chronologique mais davantage thématique. Les clichés ont été regroupés par sujet, agencés de manière à nous présenter les protagonistes de son histoire et à proposer sa définition de la nature des rapports humains. L'organisation du livre traduit l'ambivalence des relations humaines selon Nan Goldin, définies par une dichotomie homme-femme irrémédiable, que chaque partie tente vainement de braver. La photographie de la couverture, présentant Nan et Brian après l'amour, donne le ton ; le couple hétérosexuel est vécu comme une équation impossible, tiraillé entre attirance et répulsion, entre la dépendance amoureuse et sexuelle et le désir d'autonomie. Ses images se veulent donc plus que des photos de famille, elles tendent à la saisie de quelque chose d'universel, à savoir, la dialectique homme/femme, et au-delà, le pouvoir du sexe.

Nan Goldin dit photographier pour « ne plus avoir à dépendre de la version de mon histoire vue par d'autres, […]ne plus jamais perdre le vrai souvenir d'une personne ». Ses images sont donc là pour garder en mémoire, fixer son monde tel qu'il est, en donner une vision juste, en adéquation avec son expérience personnelle. Mais Nan Goldin n'est pas une praticienne de l'instantané, comme on l'a souvent dit, de même qu'il serait réducteur de ne voir dans sa photographie qu'un témoignage sur le milieu underground et ses mœurs. La dimension esthétique est indéniable dans l'œuvre, les références artistiques sont parfois patentes, comme dans Käthe dans la baignoire (1984), image très composée, jouant du reflet du miroir et évoquant explicitement les tubs de Degas. Ce soin apporté à la composition est sensible dans le recours, très fréquent, au cadre dans le cadre, à l'image dans l'image, notamment dans Autoportrait dans la salle de bains (1980) ou Suzanne avec la Joconde (1981). Mais cette spontanéité revendiquée par Nan Goldin, si elle était parfois contestable à la vue de l'exposition, est ici restituée avec plus d'évidence par le support livre, qui s'approche davantage du diaporama, lequel s'impose en fait comme le support idéalement adapté à l'œuvre et aux ambitions du photographe.


Raphaëlle Stopin  Sélectionné par ArtAujourdhui.com
( Mis en ligne le 26/04/2002 )
Imprimer
 
SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

 
  Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2020
Site réalisé en 2001 par Afiny
 
livre dvd