L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Dimanche 15 décembre 2019
  
 
     
Le Livre
Beaux arts / Beaux livres  ->  
Peinture & Sculpture
Arts graphiques
Architecture & Design
Photographie
Histoire de l'art
Manuels & guides
Beaux livres & Catalogues

Notre équipe
Littérature
Essais & documents
Philosophie
Histoire & Sciences sociales
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Beaux arts / Beaux livres  ->  Peinture & Sculpture  
 

Le Miracle Primitif
Christian Heck    collectif   L'Art flamand et hollandais - Le siècle des Primitifs 1380-1520
Citadelles & Mazenod - L'art et les grandes civilisations 2003 /  193 € - 1264.15 ffr. / 612 pages
ISBN : 2-85088-082-5
FORMAT : 26x33 cm
Imprimer

De l’arrivée des Valois à la tête des Etats bourguignons en 1364 à l’avènement de Charles Quint en 1519 en passant par le règne fameux de Charles le Téméraire et l’échec de son grand projet de nouvelle Lotharingie, les Flandres et les Pays-Bas connurent une des période les plus riches de leur histoire et furent les clés de voûte d’une des puissances les plus prospères d’Europe Occidentale.

La forte hétérogénéité politique, économique et surtout géographique de ces Etats, à laquelle se heurta Philippe le Hardi, le premier des Valois de Bourgogne, fut affrontée d’emblée et résorbée par ses successeurs, Habsbourg compris. Au cours de cette époque charnière, ces territoires réunis et agrandis furent le creuset d’une explosion culturelle et artistique sans précédent dont le rayonnement nous éblouit encore. Cette époque, que les éditions Citadelles & Mazenod célèbrent dans L’Art Flamand et Hollandais dirigé par Christian Heck, puise dans l’héritage du Moyen-Âge, l’enrichit de son génie propre et annonce l’âge Moderne.

De l’ère médiévale, et plus précisément du Haut Moyen-Âge, les Primitifs tirèrent avant tout les thématiques religieuses présentes dans l’essentiel de la production artistique, qu’il s’agisse bien sûr de la peinture et de l’architecture, mais aussi du décor monumental, de la sculpture, ou encore de l’orfèvrerie. Pour autant, réduire l’héritage à cette inspiration religieuse serait réducteur, sinon peu significatif. Il importe aussi de signaler les apports techniques qui se manifestent tant dans la proximité des premières peintures primitives avec l’art de l’enluminure, que dans l’évidente inspiration gothique des églises et cathédrales.

À Gand, Bruges, Courtrai, Rotterdam, Utrecht ou Amsterdam, dans de multiples cités flamandes et hollandaises, jaillit un génie spécifique qui sourd d’une profusion rarement vue depuis l’Antiquité. L’influence de la position hanséatique explique sans doute la vigueur de ces éclosions : la densité des trafics marchands qui irriguent ces régions apportent non seulement des modes et des idées nouvelles que les artistes intègrent à leur inspiration et à leur pratique, mais génèrent aussi des environnements urbains et commerciaux que l’on retrouve de manière croissante au cœur des œuvres d’art. Soulignons enfin le rôle majeur des nouvelles techniques artistiques qui contribuent puissamment à émanciper les Primitifs de leurs aînés médiévaux : la maîtrise des perspectives et des lumières, comme les progrès de la peinture à l’huile, en sont des éléments déterminants.

La profusion et la générosité du Siècle des Primitifs flamands et hollandais lui confèrent une identité propre et irréductible. Toutefois, incontestablement, ce mouvement s’inscrit dans une évolution plus vaste qui annonce l’ère moderne (la découverte de l’Amérique date de 1492) et les bouleversements sous-jacents dont les plus représentatifs et les plus immédiats furent l’Humanisme et la Réforme. Si les Primitifs puisent effectivement aux sources religieuses médiévales, leur art laisse une place croissante aux représentations profanes, comme chez Memling ou Van Eyck. La verticalité de la Croix s’articule alors avec une parfaite harmonie à l’horizontalité du quotidien. La forte humanité des Vierges à l’Enfant en fait un sujet privilégié des artistes. Enfin les premières œuvres strictement profanes apparaissent et nous donnent une idée forte du raffinement quotidien de ces bourgeoisies naissantes qui oeuvrèrent à l’essor artistique avec une étonnante ferveur.

Évoquer la richesse du Siècle des Primitifs flamands et hollandais sans le secours de l’image est un exercice qui laisse un goût d’inachevé. Cela ne peut donc être qu’une modeste introduction à la somme dirigée par Christian Heck qui propose un parcours polychrome dans un univers associant spirituel et temporel avec un bonheur rare.


Guillaume Zeller
( Mis en ligne le 08/03/2004 )
Imprimer

A lire également sur parutions.com:
  • Retables, l’âge gothique et la Renaissance
       de Caterina Virdis Limentani , Mari Pietrogiovanna
  • L’art flamand et hollandais
  •  
    SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

     
      Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2019
    Site réalisé en 2001 par Afiny
     
    livre dvd